Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2017

Un conte qui remonterait au XIVème siècle

chaperon.jpgchez ma nièce

11/06/2017

Suite

IMG_20170611_103823.jpgLe journal de Michelet est sinistre. Les pages sur sa femme, si douce, si " pure", un " lys pur" dit-il, me dégoûtent. Celles sur son travail sont lugubres, et plus compliquées à lire. Je découvre un homme tourmenté, curieux ( nombreux passages sur ses voyages), obsédé par son travail, son " oeuvre" dit-il, pénible dans ses questionnements intimes, genre " l'amour est-il un tyran ?"...Émouvant lorsqu'il enterre son père. Une lecture intéressante, austère.

Tu as le droit d'être triste

IMG_20170610_143849.jpgVoilà je me parle à moi même. " Tu as le droit d'être triste" je me répète. Hier chez ma nièce, rebelote. " Excellente nouvelle" me dit ma sœur à l'annonce de ma retraite dans 6 mois. Mais personne ne voit que je suis triste ? Personne ne me dit " Tu as le droit d'être triste". Personne ne parle avec moi. Chacun plaque sur cette annonce des paroles convenues. Oh je sais je suis peut-être injuste, tout le monde est gentil. Mais en cette occasion, plus que jamais peut être, la parole me semble pauvre. Et vous savez pourquoi ? Parce que je ne demande pas à chacun une appréciation, mais parce que peut-être j'aimerais un échange vrai, une question, ou la mesure de ce que cela représente. En quoi est ce une bonne nouvelle que je n' aie plus de forces et que je doive déclarer forfait ? Oui je sais, je suis chiante.