Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2017

La tête à l'envers: une photo des fouilles (non datée, non signée, très belle)

01-03.jpgFouilles de Glanum

19/08/2017

Au sud de Saint Rémy de Provence

IMG-20170819-WA0034.pngIMG-20170819-WA0033.pngIMG-20170819-WA0017.pnggalia_0016-4119_1944_num_2_1_T1_0167_0000.jpegphotos: Louise (cet après-midi)

 

Ce sont Louise et Vladi qui me font découvrir l'existence de cet endroit: Glanum, du nom d'un dieu celtique, Glan. Ils y étaient cet après-midi, découvrant ensemble cette région à la faveur de l'installation de Louise à Marseille. Ce qu'il y a d'extraordinaire, je trouve, sur ces photos, c'est qu'il n'y a personne, pas un chat.

La cité, située au pied des Alpilles, et qui date de l'âge de fer, s'est beaucoup développée au IIème siècle avant JC, puis devient latine en 63 avant JC, pour quatre siècles plus tard, être saccagée par les Barbares, et abandonnée. Recouverte par la terre, elle disparait. (Nul romantique n'y a traîné les pieds !) Et c'est seulement en 1920 que des archéologues, sous la direction de Jules Formigé, la mettent à jour. C'est très impressionnant je trouve. Et, encore plus vertigineux: seule une petite partie de la ville a été découverte. Le site fait toujours l'objet de fouilles.

C'est une "vraie" ville, avec des temples, une rue principale, un forum, un arc de triomphe, des maisons à péristyle, des remparts, un sanctuaire, des thermes...

En tous cas aujourd'hui, Glanum était merveilleusement désert. Quel charme puissant que ces siècles offerts...

18/08/2017

Les lapins et le chat

IMG_20170818_142908.pngIMG-20170818-WA0007(3).jpegJe vous ai dit que je marche tous les jours? (Prescription médicale.Vie passionnante) (et que quand je vais reprendre le travail lundi, je dois marcher une demi-heure le midi, -et sans m'arrêter dans les boulangeries en plus- manquait plus que ça tiens !). Bref, aujourd'hui entre deux averses (la pluie qui passe) j'ai marché dans le coin et je me suis aventurée un peu plus loin, enfin à peine, je peux vous assurer que ça n'a rien d'une randonnée, limite je me traîne,mais dans des rues inconnues. Jardins inconnus, maisons inconnues.

Je suis tombée sur une maison dont j'ai pensé que les habitants étaient civilisés; ces deux lapins très sympathiques, quasi vivants (vivants?) dans le jardin, et cet écriteau.