Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2017

Le plombier était trois

Hier 14h 05: je commence à m'énerver (stupidement) car le plombier qui avait annoncé sa venue à 14 h n'est pas arrivé. 14h 05: le voilà, ils sont trois. Un vrai conte de classes sociales, un rêve hiérarchique: le patron - celui que j'avais eu au téléphone et qui visiblement, vu ma voix ( ma voix est jeune, qui s'y frotte s'y pique !) croyait que j'avais 25 ans, s'étant permis après l'énoncé de mon nom quand il avait noté mes coordonnées, de me demander " et quel prénom charmant ?" balance ton plombier, quasi en costard, très grand, massif, imposant, très assuré, très MEDEF, très je fais suer le burnous, je suis le cerveau, moi je ne débouche rien, je donne les ordres, accompagné du technicien genre plombier très expérimenté tout de suite en train de farfouiner sous l'évier, donnant de sa personne et cela horreur sous l'œil Immédiat de son patron, les deux étant suivis d'un timide et embarrassé apprenti de dix sept ans qui ne sait pas qu on ne se gratte pas les couilles chez les gens, l'air terrorisé, et à qui le patron parlait comme à un esclave. Un trio pesant car chacun très tendu. Envahissement de leur humeur butée à tous. Ils sont restés quarante minutes. Le patron désagréable lorsqu il a vu que je n'avais pas 25 ans.( mais 27). L'expert pareil, quand il a trouvé des " habitants" comme il a dit, sous l'évier ( oh ça va, trois araignées c'est pas la fin du monde, et moi je ne tue pas les araignées), ce gaillard a dit " ça pique ?" , le chef a répondu " non" mais sans être étonné de la question. Là je sentais que j'étais tombée très très bas dans leur estime: pas jeune + araignées sous l'évier + cuisine délabrée, ils faisaient la gueule à l'extrême. Il était en même temps question de furet électronique.  ?!!??? Le patron, pendant que le vrai plombier intervenait en répétant " c'est la colonne de l'immeuble" d'un air tragique, regardait par la fenêtre ou répondait au téléphone pour traiter d'autres affaires, l'air important et pressé, très chef d'entreprise, tandis que l'apprenti jetait des cuvettes d'eau sorties par l'homme de l'art d'on ne sait où, dans les chiottes ( en en versant la moitié à côté comme j'ai pu le constater après leur départ). Bon, au bout du compte il faut qu'une entreprise " spécialiste" (?) intervienne dans la canalisation collective. Quand cela aura t il lieu ? Mystère. " J'ai plus rien à faire là" a dit alors d'un ton excèdé le patron, qui avant m'avait intimé l'ordre de regarder le croquis qu'il il faisait pour la gourdasse que je suis, j'imagine que le coup du croquis griffonné sur la machine à laver c'est sa botte secrète, celle qui signe son professionnalisme...Tu parles, un croquis débile qui n'explique rien mais pour éblouir la ménagère, j'étais très pressée qu'ils partent. Autant que toi de te barrer, pépère. J'ai dit " Bon, merci pour votre diagnostic". Il a aussitôt rétorqué " diagnostic ET intervention". Oui j'ai dit, "et donc combien je vous dois ? " Je vous envoie la facture" ( 3 personnes déplacées, ça va douiller) a t il repondu d'un ton arrogant. " Et faites un peu de ménage" a t il ajouté. Non, il ne l'a pas dit, mais ça se voyait dans ses yeux. Il a dit qu il allait voir le gardien pour lui expliquer. Le jeune est parti en se grattant derechef les couilles. Ouf, ils étaient partis. Je suis allée me pencher sous l'évier. J'ai dit aux araignées " mes pauvres chéries, quel mauvais moment, mais c'est fini, c'est fini". Ceci dit, le problème n'est pas résolu. Demain le Professeur n'a plus de chaussettes propres.

13/12/2017

Dégât des eaux

Maintenant quand la voisine fait une lessive, son lave-linge se vide chez nous dans la cuisine et le couloir.bOn arrête pas le progrès. J'attends donc  à 14 h aujourd'hui le plombier. Son diagnostic au téléphone quand je lui ai expliqué la situation ? " Ah va falloir casser le mur". Réaction du Professeur Ronchon (diplômé je vous le rappelle en bricolage destruction, il en connait un rayon):" Mais c'est un mur porteur !".Il parle du mur de la cuisine où est placé le tuyau d'évacuation des eaux, tuyau semble-t-il commun dans les tréfonds des installations de l'immeuble, avec celui de la voisine ( Mystère insondable de la plomberie).En attendant, je fais la vaisselle dans la salle de bains, à la guerre comme à la guerre, et impossible de faire tourner le lave linge. Bientôt le Professeur n'aura plus de chaussettes propres. Ceci dit, comme on peut le voir ,Dieu pourvoit à tout: il me fournit ainsi une belle occupation pour mes tout premiers jours de retraite, dégât des eaux, épongeage de l'inondation, appelage du plombier adéquat ( ce qui reste à prouver !), sollicitation du gardien de la résidence ( " je vais jeter un œil" a- t-il dit et vu son assurance on aurait pu croire qu'il allait tout réparer lui même, quel professionnel ! il s'est agenouillé vers le tuyau d'un air inspiré, puis s'est relevé en secouant la tête et a déclaré " je vois rien, c'est sec". Ben oui le lendemain c'était sec, vu l'épongeage et vu que la fuite est située à côté du radiateur. Il a re-secoue la tête d' un air désolé: " Va falloir appeler un plombier". Bonne idée mon gars ! Donc nous y voilà. Je ne manquerai pas de vous narrer la suite. Vous en doutiez ?

11/12/2017

Le vent à décorner les bœufs

IMG_20171206_194946.jpgLe vent souffle. Il poussait ce matin les nuages gris vers la droite du ciel. J'ai tout loisir d'observer désormais leurs petites manigances ! ( Aux nuages). J'ai pensé que c'était un vent à décorner les bœufs et je ne sais pas d'où m'est revenue cette expression, de mon père bien sûr. Quand le vent soufflait, en bon marin il pensait toujours au temps en mer et au vent qui y soufflait bien fort que sur terre. Les rues sont jonchées de brindilles. On dirait que les arbres dansent. Je pars faire quelques courses de Noël.