Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2017

Les lapins et le chat

IMG_20170818_142908.pngIMG-20170818-WA0007(3).jpegJe vous ai dit que je marche tous les jours? (Prescription médicale.Vie passionnante) (et que quand je vais reprendre le travail lundi, je dois marcher une demi-heure le midi, -et sans m'arrêter dans les boulangeries en plus- manquait plus que ça tiens !). Bref, aujourd'hui entre deux averses (la pluie qui passe) j'ai marché dans le coin et je me suis aventurée un peu plus loin, enfin à peine, je peux vous assurer que ça n'a rien d'une randonnée, limite je me traîne,mais dans des rues inconnues. Jardins inconnus, maisons inconnues.

Je suis tombée sur une maison dont j'ai pensé que les habitants étaient civilisés; ces deux lapins très sympathiques, quasi vivants (vivants?) dans le jardin, et cet écriteau.

17/08/2017

"...Un furieux vivant qui m'éblouit..." (Philippe Muray, "La gloire de Rubens")

Peter_Paul_Rubens_-_Deborah_Kip_and_her_Children_-_WGA20381.jpg"Deborah Kip et ses enfants" (1630)

"Je chante ce peintre, écrit Philippe Muray, parce qu'il n'est pas de notre siècle. Il y a des éternités que la peinture est dépassée, sortie du monde, rocher des couleurs arraché au globe, planète de plus en plus lointaine, et Rubens est toute la peinture. Je remonte aux sources non pieuses, non "sacrées", d'une disparition. Je ne déterre pas un mort, je révèle un furieux vivant qui m'éblouit...".

 

Delacroix disait qu'il était le "Homère de la peinture"

Sir_Peter_Paul_Rubens_-_Portrait_of_the_Artist_-_Google_Art_Project.jpgAutoportrait (Rubens,1623)