UA-122527695-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2018

Jean-Pierre Péquignot (1765-mort à Naples en 1807), contemporain de Chateaubriand

Pequignot_paysage_avec_homere_web.jpg"Paysage ave Homère"

 

Comment Péquignot dont le père était maréchal- ferrand se retrouve à 10 ans aux Beaux Arts de Besançon avec son frère qui a un an de plus que lui ? Mystère de la vie...et mystère de mon ignorance ! ils ont quinze ans ensuite quand ils partent tous les deux à Paris où logés dans une sorte de pension militaire, Péquignot gagne rapidement sa vie avec des peintures alimentaires. Vers 1788 il part à Rome, où il devient ami avec le peintre Girodet, né en 67,  bien plus connu que lui. (C'est lui qui a peint le célèbre portrait de Chateaubriand, tableau dont j'apprends d'ailleurs ce matin qu'il était l'objet d'une commande d'un de leurs amis mutuels. Ami de Girodet et de Chateaubriand. Suivez un peu, je vous prie !). Ils se promènent dans la campagne romaine, peignent, et discutent de ce qui se passe en France au même moment et qui ne les ravit pas. Il arrive avec Girodet à Naples en 1793 où ils sont protégés par des sortes de banquiers mécènes. Puis les choses se compliquent, les français sont sommés de quitter Naples, et on ne sait pas comment finalement Péquignot put rester. Mais il tombe dans la misère et l'oubli, son caractère ombrageux précipitant apparemment le tout. Girodet lui, devient en France un peintre officiel de l'Empire.

Rendons vie quelques instants à Péquignot, souvenons nous de lui.

Écrire un commentaire