Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2017

Un message de Marie-Cécile, une des filles de Mèregrand

"Chères toutes, comme tous vos messages sont touchants et comme elle aurait aimé lire les lire ! nul doute que, dans une dimension qui nous dépasse, elle repose en paix au côté de son cher époux et de son fils qui l'ont accueillie à bras ouverts ; enfin c'est comme cela que je me les représente et cette vision me fait du bien.
Je ne vous garantis rien mais je vais essayer de retrouver ce texte sur l'oiseau car un de mes frères avait sauvegardé une grande partie de ses textes sur son ordinateur, mais il y en avait tellement ! de plus maman enchaînait tous ses écrits sur un seul et même fichier Word, elle avait toujours été réfractaire au système "document/fichier/dossier" propre à Windows, j'avais beau lui expliquer : "tu fais comme quand tu écris une lettre, tu prends une nouvelle feuille blanche que tu classes dans une chemise que tu classes dans un gros dossier que tu classes dans ton placard..." peine perdue, elle avait commencé l'informatique à l'âge de 80 ans et même si ce fait est en lui même exceptionnel, elle avait quand même ses limites !
Je vous dis un grand MERCI d'avoir été des lectrices assidues, la tenue de son blog et vos réactions lui ont procuré beaucoup de satisfaction et ont égayé sa vieillesse. Je vous embrasse. MC

Écrit par : PCR | 21/02/2017"

 

Commentaires

Bonjour Marie Cécile
Vous ne me connaissez pas, je suis Jos, j'ai lu votre maman depuis que je connais le blog de Sophie, il y a 5 ans environ,
J'adorais ses textes et regrette de ne pas avoir pu tous les lire.
Votre maman a été pour moi d'une grande chaleur, j'ai eu depuis ce temps quelques soucis de santé et de vie, elle s'inquiétait et prenait de mes nouvelles,( je parle de moi, mais elle était ainsi je pense avec chacun, chacune..)
Je lui souhaite, comme vous dîtes qu'elle ait été accueillie à bras ouverts avec son époux et son fils, et qu'elle repose en paix
Pour moi, je vous adresse mes sincères condoléances par le biais du blog de Sophie, perdre une maman c'est une épreuve, inconsolable,le temps apaise un peu mais si peu..Ma maman est partie trop vite il va y avoir 36 ans..Je pense à vous. Jos

Écrit par : jos | 21/02/2017

MERCI Marie Cécile, d'avoir pris le temps de nous écrire. C'est peut être un certain petit réconfort pour vous de voir á quel moint votre maman etait aimée et appréciée. J'ai particulièrement aimé tout le récit qu'elle nous avait fait de sa rencontre avec votre père, de leur timide et pudique idylle... c'était beau, émouvant, avec toujours une pointe d'humour.

J'ai bien pensé à vous le vingt.

Nous n'oublierons jamais Mère Grand. Ce serait merveilleux si vous pouviez retrouver quelques uns de ses textes.

Écrit par : Julie | 21/02/2017

Marie Cécile, je suis Monique, mon pseudo chez Sophie est Julie.

Écrit par : Julie | 21/02/2017

J'ai échangé un peu avec votre mère il y a quelques années de cela, à propos de Lyon, ville dans laquelle elle a vécu et qu'elle aimait.
Je vous présente mes condoléances les plus sincères.

Écrit par : solko | 21/02/2017

maman nous parlait de chacun d'entre vous et je vous connais. Je vais charger mon frère expert en informatique de retrouver ces textes et peut-être Sophie pourrait les relayer ici ? Nous restons en contact. Amitiés Mcécile alias petit chaperon rouge

Écrit par : PCR | 22/02/2017

Merci petit chaperon rouge, triste de perdre sa mère-grand mais la vie est ainsi faite. Nous avons beaucoup aimé la lire. Je vous embrasse.

Écrit par : la Mère Castor | 22/02/2017

Nous sommes tristes d'avoir perdu Mère Grand, mais ce fut un grand bonheur de la connaître.

Écrit par : Julie | 22/02/2017

Oui, bien tristes...

Écrit par : jos | 22/02/2017

Je viens de repécher sur mon blog ce long commentaire de Mère grand sur Béraud et son enfance à Lyon, que je vous laisse là, ainsi que le lien où il se trouve

Merci Monsieur, d'avoir écrit un si long papier sur Henri Béraud.
J'ai lu presque toutes oeuvres et aussi ce magnifique livre qui le réhabilite de : Jean BUTIN...Mon age me permet de dire que j'ai vu Béraud dans ma jeunesse avec mon père, dans un café de LYON. Mon père avait une admiration sans bornes pour lui, et comme lui fils de boulanger, et combattant de 14/18... Une phrase de Jean Butin m'avait amusée : Comme Béraud regrettait d'être obligé par contrat de travailler pour Gringoire, il avait dit : " Ah, si j'avais pu leur donner que des points..et des virgules ! "

Je suis allée deux fois à l'Ile de Ré sur sa tombe : Il y avait là un très vieux cyprès rongé de vieillesse, mourant..et pas une seule fleur...j'ai déposé une rose, en souvenir de mon Papa, la première fois que j'ai découvert sa tombe.

Puis, j'y suis retournée quelques années plus tard après avoir revu ses livres en librairie...ce qui m'a causé un immense soulagement. J'ai déposé une autre rose sur sa tombe...Eh bien, le vieux cyprès était en train de reverdir !

Il détestait les Anglais, les Allemands, les Parisiens, les fourbes, les traitres...et de leur côté les Parisiens le détestaient et jalousaient son talent...Tous se sont bien vengés ... Nopus avons eu beaucoup de peine pour lui..Et je le relis souvent...

Que dire de plus MERCI pour cette réhabilitation. M.L.

http://solko.hautetfort.com/archive/2009/01/22/henri-beraud-la-force-du-temps.html

Écrit par : solko | 26/02/2017

Mille mercis, Solko, c'est une vraie bonne surprise que vous nous faites

Écrit par : Julie | 26/02/2017

Les commentaires sont fermés.