Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2017

A GYERTYAK CSONKIG EGNEK

S. MARAI.jpgOui donc, vous savez que je parle maintenant presque couramment hongrois. Pour le voyage à Budapest début avril. Oui oui, j'ai fait des progrès fulgurants. Bref.

Ouais euh,  la vérité, c'est que j'en suis là:

Francais Hongrois Prononciation
     
Bonjour! Jó napot! Yo na potte
Salut! Szia! Sia
Bonsoir! Jó estét! Yo echtétte
Bonne nuit! Jó éjszakát! Yo éyssakatte
Oui Igen Igenne
Non Nem Nemme

Mais attendez,  je suis quand même en train de lire mon premier roman hongrois. (traduit, j'avoue !)

Enfin, le premier ? Oui je crois. Enfin hongrois. Ah ah.

Donc, c'est "Les braises" de Sandor Marai. Le titre du billet c'est les braises en hongrois. Assez difficile à placer dans la conversation je vous l'accorde.

J'en suis au début. Un château dans la forêt, cerné l'hiver par les loups. (Surtout au clair de lune bien sûr). Une très très vieille gouvernante, si vieille qu'elle a vu naître le vieux général quand elle avait seize ans. Seuls tous les deux dans le château. L'épouse est morte depuis longtemps. Le général est replié dans quelques pièces. Un personnage qu'il n'a pas vu depuis 40 ans est attendu pour le dîner. Je ne sais pas qui c'est.

Bon sang, contre toute attente, j'adore le début de ce livre.

Sandor Marai, né en 1900, vilipendé par le pouvoir, traité d'"écrivain bourgeois" s'exile pendant 41 ans en Italie puis à New York. C' est un très grand écrivain dont je ne connaissais rien, juste le nom. il se suicide en 1989. Le jour de mes 35 ans (Toujours tout ramener à soi).

 

Commentaires

Bientôt tu parleras couramment hongrois, ma chère Sophie
Pour ton livre qui semble bien intéressant, il y a comme cela des écrivains qui, par le monde, et bien inconnus de nous écrivent de beaux romans ...
J'ai tout envie de lire, certains jours cela va mieux, le médecin veut à tout pris que je prenne un truc " pourri" que l'on nomme " anti dépresseur" et qui moi me dépresse ...!
Je me sens bien dans mon jardin, à désherber, quand on peut... Hélas mes os vieillissent aussi, ( tout ramener à moi...) ..Alors je lis, je bricole, là je reviens de chez le kiné et de courses, je me suis allongée pour te lire
Bonne lecture, Sophie, je t'embrasse

Écrit par : jos | 21/02/2017

Répondre à ce commentaire

Bientôt tu parleras couramment hongrois, ma chère Sophie
Pour ton livre qui semble bien intéressant, il y a comme cela des écrivains qui, par le monde, et bien inconnus de nous écrivent de beaux romans ...
J'ai tout envie de lire, certains jours cela va mieux, le médecin veut à tout pris que je prenne un truc " pourri" que l'on nomme " anti dépresseur" et qui moi me dépresse ...!
Je me sens bien dans mon jardin, à désherber, quand on peut... Hélas mes os vieillissent aussi, ( tout ramener à moi...) ..Alors je lis, je bricole, là je reviens de chez le kiné et de courses, je me suis allongée pour te lire
Bonne lecture, Sophie, je t'embrasse

Écrit par : jos | 21/02/2017

Répondre à ce commentaire

Jos..... sans les anti dépresseurs, je ne serais plus de ce monde.....

Écrit par : Julie | 21/02/2017

Répondre à ce commentaire

Julie, je te remercie de tes paroles réconfortantes, et je souhaite que tu ailles toujours bien..
Je n'ai rien contre les antidépresseurs tu sais, ils sont souvent nécessaires..En tant qu'ancienne infirmière j'en ai beaucoup donnés, je voulais dire que je les supporte mal, celui que l'on m'a donné m'apaise, mais il me semble qu'il me donne l'envie de faire des choses, mais me donne aussi certains effets ...
Je t'embrasse et j'adore tes commentaires toujours justes
Bises de Jos

Écrit par : jos | 22/02/2017

Jos, il,est souvent difficile,de trouver la bonne molécule, pour moi, la dernière fois, ça a pris quatre mois. Comme il faut attendre trois semaines pour voir si ça fait effet, le temps est bien long. Je suis malheureusement d'une nature dépressive, et en 2012, j'ai fait une énorme recidive, la quatrième, et la plus dure. J'ai bien cru que je ne m'en sortirais pas sans un sejour en hôpital.

C'est une maladie pénible, car, du moins pour ce qui me concerne, je culpabilisais en e disant que j'en n'avais aucune raison d'être dans cet état, et je refusais de me reconnaître malade.

J'espère que tu vois le bout du tunnel. Je t'embrasse.

Écrit par : Julie | 22/02/2017

Répondre à ce commentaire

Julie, il en est de même pour moi...Certaines périodes sont mieux que d'autres, ma nature est anxieuse, c'est vrai, mais je culpabilise aussi, sans raison..Je combats et je continue,
Merci Julie, je te souhaite une bonne santé, je t'embrasse
Merci aussi à Sophie de nous permettre tous ces échanges
Je n'ai pas conservé ton mail, dommage , nous aurions un peu parlé et aussi de notre Meregrand..Bisous

Écrit par : jos | 22/02/2017

Tu peux demander à Sophie de te donner mon adresse mail. Moi, j'en ai une pour toi, mais elle ne fonctionne plus.

Écrit par : Julie | 23/02/2017

Répondre à ce commentaire

Oui je vais demander à Sophie, merci..
J'ai toujours la même adresse mail mais parfois l'ordinateur fait des caprices...
Bises de Jos

Écrit par : jos | 23/02/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire