Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2017

Avant-hier soir à l'opéra de Versailles (3)

galerie.jpg
moi bénissant le Ciel (en fait, une des
innombrables statues dans la galerie qui mène au théâtre)

19h59: chut, ça commence !

Pas de rideau qui s'ouvre mais des rideaux clairs qui se tirent en scène sur des tringles comme les draps d'une lessive qui sécherait au milieu du décor, là, sous nos yeux. Celui d'un marchand de tissus, la boutique de Monsieur Jourdain, le bourgeois gentilhomme. Les rouleaux de tissus s'empilent, une grande table sert certainement pour les découper. Au fond, voilà sa maison, qui ressemble à un décor de Guignol, avec un étage comme un grenier sous les combles. C'est un très beau, très intelligent,  décor en bois sombre d'Eric Ruf, le directeur de la Comédie Française. On étend nos jambes à qui mieux mieux.

20h02: premières répliques entre le maître de ballet et le maître de musique. On re-étend nos jambes.

20h03: les musiciens de l'Ensemble La Révérence, sur scène, jouent Lully à ravir. S'ils faisaient des quiches, elles seraient divines.

20h04: c'est tout de suite drôle. En tant que ministres de la culture nous rigolons bien. Jack aime tellement le théââââtre!

20h10: "Hé bien, Messieurs? Qu'est-ce? Me ferez-vous voir votre petite drôlerie?": ça y est, Monsieur Jourdain vient d'entrer en scène !

20h30: nous sommes à Chambord le 14 octobre 1670, nous sommes le roi (surtout le Professeur), nous sommes la Cour (je suis la Cour). C'est la première. Et les quiches n'existent pas.

21h 03: on rit depuis une heure, on est éblouis, on oublie d'étendre nos jambes, on bénit Molière et ces jeunes acteurs tous formidables, énergiques, enthousiastes, Pascal Reneric est un bourgeois gentilhomme crédule et émerveillé, attendrissant, joué sans cruauté, postillonnant avec gaité, très "farce", et généreux, qui ne tire pas la couverture à lui. Il laisse Dorante être excellent et prendre ses aises et Nicole la servante tourbillonner, magnifique. Les extraordinaires danseuses contemporaines de Kaori Ito sont enchanteresses. Et les costumes de Christian Lacroix sublimes. (Oh le chapeau en cactus de Dorante !) N'en jetez plus ! C'est trop ! Heureusement que je ne vais pas aimer ensuite après l'entracte la scène des mamamouchis nains, sinon tout aurait été trop parfait !

22h (grosso modo, allez pas chipoter): entracte. Le Professeur dit: "Je vais te chercher une coupe de champagne acheter le DVD pour mes élèves" et disparait. Moi j'admire le plafond, les murs, j'imagine Persée joué ici pour le mariage de Louis XVI et Marie-Antoinette le 16 mai 1770 le jour de l'inauguration: 3000 bougies éclairaient la salle ! Je suis Marie- Antoinette.

22h16: Louis XVI revient satisfait, son DVD sous le bras. J'étends les jambes. Il étend ses jambes.

23h 30: longs applaudissements frénétiques. Gratitude de la salle pour le texte, les acteurs, le lieu, ce bonheur.

23h 40: et sur qui on tombe en sortant ? La fiancée du Professeur ! Elle est enchantée elle aussi. Elle ajoute "Vous étiez très bien placés" ! Nous faisons un petit bout de chemin avec elle. Elle a remis sa toque (en vison je crois. J'ai envie de la toucher. La toque.)

23h 47: il fait noir, froid, nous nous retournons pour voir le château toujours illuminé. Si ça se trouve, des rois y mangent des quiches ?

23h 51: et notre carosse n'est même pas à la fourrière !

 

 

Commentaires

Merveilleuse soirée pour vous, enchanteresse...
Je n'ai pas le caractère jaloux...Mais cette fois...Je vous envie un peu !! J'plaisante..
C'est si beau de tels spectacles...
Et bravo pour ton récit à suspens, minuté à souhait..
Quel aisance dans la narration, ma chère Sophie, ...Dommage qu'il n'y ait plus de telles cours..

Écrit par : jos | 17/01/2017

Répondre à ce commentaire

Versailles, je ne l'ai vu que de loin lors de mes rapides visites à la capitale..Ce doit être enchanteur

Écrit par : jos | 17/01/2017

Répondre à ce commentaire

Et encore, en vrai je suis encore plus spirituel...

Écrit par : Professeur Ronchon | 17/01/2017

Répondre à ce commentaire

Sophie, mille mercis à vos majestés pour nous avoir fait vivre, par le truchement de votre récit, cette mirobolante soirée......

C'est vraiment une merveille d'assister à une telle soirée. J'ai vu cette pièce il y a longtemps, grâce à un professeur du collège dans lequel je bossais á la comédie Française. La version avec chants et ballets. Cela fait du bien pour longtemps.

Écrit par : Julie | 17/01/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai tout savouré
sauf la quiche
mais je m'en fiche
je n'en mange pas.

Écrit par : la Mère Castor | 17/01/2017

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette sortie théâtrale, je me suis régalée !

Écrit par : sabine | 18/01/2017

Répondre à ce commentaire

Chouette soirée!

Écrit par : Fanfan | 18/01/2017

Répondre à ce commentaire

Fanfan, ta carte de voeux était adorablissime, j'ai perdu ton adresse pour te répondre ! En tous cas c'est confuse mais fermement que je te souhaite une très heureuse nouvelle année chère Fanfan. je t'embrasse bien fort. Merci, merci.

Écrit par : Sophie | 18/01/2017

Répondre à ce commentaire

L'année prochaine, je mettrai mon adresse à l'arrière de l'enveloppe!

Écrit par : Fanfan | 18/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire