Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2016

Le volume II (1814-1822)

pensée.jpgphoto: T.

Je ne dis pas ça par coquetterie: vous avez de la chance de ne pas vivre avec moi. Parce que si c'était le cas, je vous bassinerais sans cesse avec Chateaubriand. Demandez à certain Professeur Ronchon (il a beau être professeur de français, il n'aime pas trop Chateaubriand, je veux dire: il dit des choses comme "C'était un connard avec les femmes" ! Or, 1°) Hé, ça va pas de parler comme ça quand on est prof de français ! -seuls les ministres ont le droit de mal parler et les femmes ministres de dire des grossièretés- vous avez entendu Najat Valaud-Belkhacem et son récent et croquignolet "bruit de chiottes" ou Emmanuelle Cosse et son ravissant "merde à la fin" ?, 2° ) Depuis quand on ne sépare pas littérature et vie de l'écrivain ?, 3°) Moi je crois au contraire qu'il a charmé beaucoup de femmes qui s'ennuyaient affreusement avec des maris pas très amusants (pléonasme?) , et qu'à ce titre il fut un homme exquis avec les femmes. Bref, Professeur Ronchon ne goûte Chateaubriand que de loin et à petites doses.  Je reconnais néanmoins qu'il s'améliore un peu.) Demandez aussi à Vladi ou à Louise, ce qu'ils en pensent ! (Quoique Louise, qui avait dû lire en classe "Ourika" de Madame de Duras, la grande amie de Chateaubriand, la seule femme qu'il n'a pas courtisée, et qu'il appelait "my sister"- ils s'étaient rencontrés en Angleterre, en exil tous les deux- puisse montrer quelque indulgence pour le brother)

Enfin voilà: pour mon anniversaire, Maman m'a donné le volume 2 de la correspondance, publiée chez Gallimard et dont plusieurs tomes sont introuvables. Pour tout vous dire, j'ai le I, II, III, V, VIII, IX. Je  suis folle de cette correspondance. On y est au plus près de lui. Je la lis dans le désordre des tomes (le 1er que j'ai lu est le VIII), et je la lis dans le désordre des lettres. Chaque tome est très différent. Le tome dans lequel je suis plongée (Maman l'avait commandé, il lui est arrivé avec retard, et je ne l'ai eu que vendredi soir) comporte justement beaucoup de lettres à Claire de Duras, et peu ou pas du tout de correspondance amoureuse. Il lui écrit, débarrassé du besoin de séduire, et ses lettres quand il raconte ses occupations sont une merveille de fantaisie, d'humour. On y découvre par exemple qu'il a fait du patin à glaces sur un lac, qu'il s'est bien amusé, et qu'il y retournera le lendemain, décidé à "mettre des patins à un canard" !, ou combien le barbe l'idée d'aller au mariage de son neveu, ou la demande à sa sister de lui acheter dans une jardinerie des petits plants d'arbre !

Et puis ce style, cette façon d'écrire, de passer d'un registre à l'autre en deux secondes, ce sens de la vie mêlé aussi fort à celui de la mort,  quel acrobate, quelle splendeur. Lisez ces quelques lignes, le récit d'un enterrement, un chef d'oeuvre !

(pour ceux qui passeraient par là, j'ai un truc à faire puis je copie le passage en question)

 Claire de Durasclaire de duras.jpg

Commentaires

Sous ton influence, j'avais commencé à lire les mémoires de Chateaubriand... C'était très bien écrit mais j'ai laissé en cours, ça ne me passionnait pas. Tu ne m'en veux pas ? Je reviendrai lire le récit d'un enterrement...

Écrit par : sabine | 13/03/2016

Zut j'ai oublié de recopier le passage en question !

Écrit par : Sophie | 16/03/2016

Je suis bien confuse d'avouer que je ne parviens pas à lire un livre entier de François Rene. Pourtant, il y a des passages entendus, lus par Guillaume Gallienne, que j'ai adorés. On a du m'obliger à lire Atala quand j'étais gamine, et ça, c'est vraiment une erreur.

Écrit par : Julie | 14/03/2016

En fait ce sont les Mémoires et la correspondance que j'adore. Et aussi "La vie de Rancé". Atala grosso modo me barbe comme toi.

Écrit par : Sophie | 16/03/2016

Les commentaires sont fermés.