Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2015

Le concert hier soir dans la cathédrale

st pol.jpgLa cathédrale de Saint Pol de Léon avant les pavés

Hier soir il y avait un concert dans la cathédrale, donné par un grand choeur d'amateurs du Léon (ils répètent à Morlaix tous les mercredi soirs) et des musiciens professionnels (ils sont 80 en tout). Rameau, Vivaldi, et Mozart.

Le choeur est composé de dames très âgées (75 ans bien sonnés) et de quelques messieurs dans les mêmes eaux. Elles portent des longues jupes noires et un corsage blanc. Elles ressemblent à des ladies. Mais les musiciens sont tous jeunes, et pour certains avec des dreadlocks ou des tenues pas trés sophistiquées. Il y a un jeune ténor coréen dont j'adore la voix, et un jeune violoniste très modeste, excellent.

Pour dire la vérité, le choeur est un peu faiblard et c'est frappant dans la deuxième partie du concert consacré à la messe pour l'orphelinat, de Mozart, la première messe qu'il ait écrite: il avait douze ans ! Le début du Kyrie est d'une énergie qui tranche avec la légère fatigue du choeur. Mais c'est émouvant ce mélange des âges. Même si on voit peu de signes de connivence entre le choeur et les musiciens. Qu'importe ! Ils jouent ensemble, c'est beaucoup !

Mais le choeur chante juste (tiens un vieux monsieur qui en fait partie, baille !) et accomplit sa mission jusqu'au bout, finissant par un Agnus dei dont la première partie est bouleversante de beauté.

Dans la cathédrale, ceux qui écoutent ont au moins mon âge à quelques très rares exceptions près. Les jeunes sont au Vieilles charrues pour David Guetta ! Le public est froid et granitique. Quand la soprano a commencé à chanter cet air amusant de Platée qui ouvrait le concert (une très mauvaise idée! C'était vraiment un morceau de rappel, pas d'ouverture), le silence était pierreux. Ensuite il y a eu un bref concerto de Vivaldi (je l'aime follement), puis un divertimento sans intérêt ( à mon avis !) de Mozart, avant la messe de l'orphelinat (car c'était une commande d'un l'orphelinat faite à Mozart).

Quand nous sommes sortis, il crachinait. Cela faisait briller les pavés.En se retournant on voyait les vitraux éclairés en jaune de la cathédrale qui paraissait gothique comme une église anglaise. Quel charme. Quel joli moment.

 

Commentaires

Les vieilles dames du chœur ça m'a fait sourire......Bernard et moi chantons dans une chorale dont la moyenne d'âge est assez élevée aussi. Parfois ça chevrote, les fins de concert ne sont pas toujours brillantes..... Autre ressemblance, nous avons parfois une jeune pianiste qui vient nous accompagner, et sa présence dynamise un peu notre groupe.

Écrit par : Julie | 20/07/2015

Ah oui j'avais oublié comme une cruche, tu l'avais dit ! Vous répétez toutes les semaines?

Écrit par : Sophie | 22/07/2015

J'aime ce mélange de génération. Merci Sophie, pour ce beau récit ! Oh, du crachin, j'en rêve...il fait si chaud ici !

Écrit par : sabine | 20/07/2015

Presque 20 degrés de différence entre St Pol et Manosque, c'est fou !

Écrit par : Sophie | 22/07/2015

je suis déjà allé à St Pol de Léon, à 2 occasions, pour marcher sur le Tro Breiz (tour de la Bretagne de cathédrale en cathédrale). Celle de St Pol n'est pas extraordinaire, mais compte tenu de la taille limitée de la ville, c'est quand même assez grand. Avant la Révolution, il y avait les diocèses de Tréguier, St Brieuc, St Malo, Dol, Rennes, Vannes, Quimper et St Pol, pour une population + réduite qu'aujourd'hui : la Bretagne était une région très croyante !

Merci pour le récit de ce concert. Continuez à bien vous reposer !

Écrit par : Hervé | 20/07/2015

Merci Hervé !

Écrit par : Sophie | 22/07/2015

St Pol, la ville de naissance de mon père. J'y ai retrouvé il y a deux ans la petite maison dans laquelle il a vécu. Ce quartier n'a pas changé, au contraire de toute la ville de St Pol où je n'ai rien reconnu, à part le Kreisker et la cathédrale.

Cette cathédrale m'a rappelé un souvenir cruel. Ma petite grand-mère Joséphine avait trois enfants. Lorsqu'elle allait à l'église pour se confesser avant Pâques, le curé lui demandait où ses enfants étaient scolarisés. Mon oncle Paul avait déjà quitté l'école, ma tante Marie était à l'école des sœurs, et mon papa à l'école laïque. Devant cette réponse, le curé disait à ma grand-mère qu'il ne lui accorderait pas l'absolution, il lui claquait la petite porte du confessionnal au nez en lui disant qu'elle était excommuniée. Ma grand mère rentrait chez elle en larmes, et ça a continué jusqu'à ce que mon grand-père cède, et mette papa à l'école des frères...... Cette histoire est rigoureusement authentique, et est sans doute à l'origine de la détestation que mon papa a toujours eue pour le clergé.

Écrit par : Julie | 21/07/2015

Histoire terrifiante. Quelle intolérance.
(Et quelle coincidence incroyable que nous ayions des liens toutes les deux avec St Pol. Je pense à toi chaque fois que je vais à la grève du Man...)

Écrit par : Sophie | 22/07/2015

La grève du Man, ma tante Marie, les thermos de thé, les tartines de compote de pommes...... l'odeur iodée qui se mêlait au parfum (inédit pour moi)du thé, mélange incroyablement gravé dans ma mémoire et impossible à reproduire. Le petit chemin qui menait à la grève, cette ligne sombre qui se confondait avec l'horizon, et qui était la mer....je ne l'avais jamais vue, je n'ai pas réalisé tout de suite, et quand j'ai compris, le choc.... l'exultation, l'envie folle de courir, de courir, pour arriver tout près. Ces souvenirs me sont infiniment précieux.

Écrit par : Julie | 23/07/2015

Pure merveille de commentaire, merci Julie.

Écrit par : Sophie | 24/07/2015

Les commentaires sont fermés.