Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2015

Les préfaces

Photo-0463.jpg

J'aime beaucoup les préfaces. La préface de Barthes à La vie de Rancé de Chateaubriand est sublime. D'autres aussi. Eclairantes ou énigmatiques. Mais j'aime aussi beaucoup les préfaces ridicules. "Démodées" ou boursouflées. Attendrissantes. Par exemple je tombe hier sur Les Poèmes saturniens de Verlaine dans une édition ancienne (1961) avec une préface complétement zinzin de...Léo Ferré. Douze pages pour ne rien dire ou plutôt une bouillabaisse de fadaises  grandiloquentes et qui tirent à la ligne.

Le début: " Les oiseaux que l'on regarde à la mer, à l'abri d'une vitre font des signes désespérés (ça commence très fort !), du moins nous les croyons tels, car la matière qu'il y a entre nous et eux favorise la dissertation et le songe (en effet!), et nous désirons voir dans leur géométrie alimentaire (incroyable non?) ou simplement discursive (oui, discursive plutôt, c'est cela) une oraison, un doute, une histoire." (Pas mal hein?)

La suite vaut le début. Par exemple, ous imaginez un collégien qui écrirait: "Verlaine savait qu'il piochait dans un no man's land bizarre et qu'il avait une jambe malade dans la tête"...? Ici Ferré l'a écrit !

Ah j'adore cette préface !

Commentaires

C'est un fait, ce n'est pas ce que l'ami Léo a produit de mieux!

Écrit par : Alezandro | 24/03/2015

Capable du pire comme du meilleur !

Écrit par : Sophie | 25/03/2015

Il avait fumé quoi ?

Écrit par : Julie | 24/03/2015

Je viens de regarder: en 61 il avait 45 ans, c'est l'année du succès de "Jolie môme" et aussi de son entrée dans la collection de Seghers "Poètes d'aujourd'hui". Je vois aussi que cette préface est révérée par certains ! On peut d'ailleurs la lire en entier sur un site en tapant préface Verlaine Ferré. Bon, ceci dit "Avec le temps" est pour moi la plus belle chanson de tous les temps. Ce qui n'empêche pas cette préface d'être tout ce que je n'aime pas, c'est à dire le sentiment de supériorité des "poètes" (comme des "artistes" d'ailleurs!)

Écrit par : Sophie | 25/03/2015

Je n'aime pas trop lire les préfaces et je n'aime pas trop Ferré... Ce billet n'est pas pour moi.

Écrit par : sabine | 24/03/2015

J'ai aimé Ferré à la folie, sa voix, certaines de ses chansons, dont beaucoup ont été écrites par Jean-Roger Caussimon, ses prises de position et ce qu'il faut bien appeler son "melon" m'ont aussi beaucoup agacée. "Avec le temps", je confirme, c'est une merveille, "la mélancolie", aussi...... Cette préface ampoulée, ces termes obscurs, alors que la poésie de Verlaine est si limpide, c'est vraiment détestable.

Écrit par : Julie | 25/03/2015

C'était peut-être une préface "alimentaire"...Sans doute d'ailleurs.

Écrit par : Sophie | 27/03/2015

Dans les premiers livres de poche, les préfaces étaient très littéraires : l'auteur racontait son enfance, sa découverte du chef-d'oeuvre. Après dans les livres de poche des années 80, c'est devenu plus technique : on s'adressait aux lycéens, aux étudiants de lettres (mais d'un bon niveau). A un moment, elles étaient un peu incompréhensibles ces préfaces.

Écrit par : fred | 26/03/2015

Il y aurait une somme à écrire sur les préfaces ! Tu crois que ça existe?

Écrit par : Sophie | 27/03/2015

Il y a le livre intitulé "Seuils" de Gérard Genette (toi qui l'aimes bien, tu le connais celui-là ?)

Écrit par : fred | 28/03/2015

Fred ça y est je l'ai acheté, je le lis !
Merci !

Écrit par : Sophie | 29/03/2015

Les commentaires sont fermés.