Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2014

Jusqu'à sept heures trente

wesselmann lulu.jpgTom Wasselmann

Bon, où j'en étais? Oui, au matin. Tiens, prenons ce matin. Il est sept heures moins le quart. Aucun bruit au pied des tours encore obscures, juste celui d'un petit groupe de feuilles qui tombent. (Oui oui, j'ai remarqué ça ce matin, un gracieux bruit de feuilles qui tombent vers la gauche sur une place de parking). Les premières personnes du dehors que je vois, ce sont les gars des poubelles. Ils arrivent quand je m'en vais, ce qui veut dire qu'ils partent vers cinq heures du matin de chez eux pour s'occuper de nos poubelles. Ils sont extrêmement courtois, j'aime particulièrement le moustachu qui ressemble à Omar Sharif et qui tous les jours en faisant très bien la liaison me répond : "Vous -z-aussi" quand je lui dis bonne journée.

Ensuite je vois le saule emmêlé au houx. (Je n'explique pas, vous comprenez).

Je regarde le ciel, les nuages qui bougent dans l'obscurité, peut-être la lune qui joue à cache-cache (et j'essaie de ne pas glisser sur les feuilles mortes luisantes de pluie) et je pense aux steppes d'asie centrale, aux romarins dans les jardins, à plein de choses qui me viennent à l'esprit. Sur ce chemin heureusement, je ne pense jamais au boulot, je ne sais pas pourquoi.

J'arrive devant le petit casino qui est sur l'autre trottoir. Car des fois je marche sur le trottoir de gauche, des fois sur le trottoir de droite. Ce n'est pas moi qui décide, ce sont mes jambes. Les petites fofolles. En ce moment est planté devant le petit casino, le sapin de Noël annuel, tout illuminé de guirlandes électriques blanches et bleues assez moches mais qui me ravissent. Le petit casino c'est la frontière. Passé le petit casino je passe en terre étrangère !

Voilà la gare. Figurez-vous une gare de livre d'enfant, une gare toute mignonne, restée dans son jus, une adorable gare. Juste derrière l'unique café: le "Rallye". Tenu il y a quelques années par un type qui se vantait de dormir avec un flingue sous son oreiller pour buter tout le monde, tenu maintenant par un couple charmantissime, lui grand, discret, elle ravissante, timide, avec des boucles brunes noires comme un rêve, des dents éclatantes, très douce et discrète. (Ils ont deux enfants super mignons.) Ils sont beaux et doux. En général j'achète "Libération", des fois "La Croix", très rarement "l'Huma", "Elle" le vendredi -donc ce matin !-

Et j'attends qu'un train veuille bien arriver. Tchou tchou tchou. (C'est un train à vapeur). A cette heure là le matin, sauf s'il y a eu un problème (trains précédents supprimés, envolés, volatilisés) je trouve une place assise. Quand le train ralentit je me maquille. Sinon je lis le journal. C'est comme ça: je ne peux pas facilement lire un livre dans le train, ça m'arrive, mais ça me donne toujours l'impression d'être nue devant tout le monde. Alors que le journal ça va. Je regarde les autres passagers. Comment les filles sont habillées, comment les femmes sont coiffées, je regarde les hommes, je regarde le paysage, je regarde mon téléphone portable. Mon chéri me dit "Bien arrivé. Je t'aime". Louise me dit "Tu sais pas où est mon pull bleu?" ou blanc ou noir ou beige ou rose ou etc. Des fois ma soeur aussi m'envoie un texto. "T'es où?" qu'elle me demande. Elle me dit les RV qu'elle a dans la journée. Elle rencontre assez souvent des gens connus, "intéressants". Ou bien elle est en voyage pour son travail. Elle m'envoie des photos. Ce que j'adore. Même si je suis jalouse. Et en même temps, non.

je dis ça, mais très souvent dans le train le matin je m'endors. je me réveille ensuite en sursaut, je ne sais plus si on est le matin ou le soir, horreur on est le matin, je ne rentre pas à la maison !

 

Commentaires

mais on ne s’arrêterait pas de lire !!! y'aura une suite ?

Écrit par : sabine | 12/12/2014

Ouiiiiiii !

Écrit par : Sophie | 13/12/2014

Note pour Louise : le pull bleu est dans la machine.

Écrit par : la Mère Castor | 12/12/2014

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Sophie | 13/12/2014

Tu as une vie intérieure intense, et ce qui est plus que chouette, c'est que tu nous invite à la partager. C'est rigolo que tu n'aime pas lire un livre dans le train, moi j'adore, je suis hors du temps, dans une bulle, rien ne risque de me déranger et c'est formidable. En même temps, je ne prends pas souvent le train, c'est peut-être pour ça.

Écrit par : Julie | 13/12/2014

Oui dans un train qui va loin, pas dans un train de banlieue !!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Sophie | 13/12/2014

Les commentaires sont fermés.