Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2014

Tante Renée et le père des jumeaux

zig-et-puce.jpgEn ce jour des morts hier, Tante Renée est réapparue, à qui je n'avais pas pensé depuis des années et des années. Maman pense qu'elle était née en 1890. C'était une des soeurs aînées de ma grand-mère, mais pas côté maternel, côté paternel. J'ai connu Tante Renée et ses enfants, appelés "Les jumeaux" parce qu'ils étaient jumeaux et sont tous les deux devenus médecins, l'un, Robert, ophtalmo. Et hier dans la conversation, je me suis soudain rendue compte que je n'avais jamais connu de mari à Tante Renée. Qui était le père des jumeaux? Maman a dit; "Tu ne connais pas cette histoire?"

Eh bien Tante Renée "qui était très à l'ombre de la croix" a quitté son mari qui avait "une double vie", et d'après maman "allait dans les bordels". En ce jour des morts c'est la première fois que j'entends ce mot dans la bouche de maman. Bordel, bordel. C'était avant la guerre. Tante Renée a dû travailler. Elle travaillait dans une usine qui était à Colombes, Hispano -Suza, et qui fabriquait des moteurs d'avion. Puis un jour pendant la guerre la maison de Tante Renée a été bombardée, bombardée en une journée, rasée.

Alors Tante Renée est arrivée avec ses jumeaux sous les bras chez sa soeur (ma grand-mère), avec juste donc les jumeaux, et une valise contenant quelques objets récupérés dans les gravats. Et dans cette valise il y avait des Bicot, des Bibi Fricotin, des Zig et Puce.

C'est ainsi que les bandes dessinées qui étaient tout à fait proscrites dans la maison de mon père, (Tante Renée était moins sévère ? Ou alors c'était l'indulgence du père des jumeaux?) y sont arrivées, à la grande joie des enfants, dont mon père, à la faveur on pourrait dire, d'un bombardement.

 

 

Commentaires

Belle et émouvante histoire, que celle de tante Renée. Divorcer à cette époque, ce n'était pas commode, et très mal vu. Je l'aime bien, cette tante Renée, qui a osé vivre seule, élever ses jumeaux, et ne pas les priver de ce délice qu'étaient ces bandes dessinées, qu'un voisin plus vieux que moi me prêtait, juste après la guerre.

Écrit par : Julie | 03/11/2014

Je ne sais pas si elle a divorcé. Elle est partie en tout cas. Et s'est mis à travailler dans une usine pour élever ses enfants. Admiration de ma part.

Écrit par : Sophie | 03/11/2014

C'est une jolie histoire. Mais je n'ai pas compris si tante Renée était toujours vivante ? Heu ça lui ferait 124 ans. Je pense qu'elle est morte...

Écrit par : sabine | 03/11/2014

Bonne déduction !

Écrit par : Sophie | 03/11/2014

jolie et tendre histoire
quelques uns des héros de mon époux en cachette je crois!!!!

Écrit par : jos | 07/11/2014

Bonjour et bises à Guy !

Écrit par : Sophie | 09/11/2014

Les commentaires sont fermés.