Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2014

Une histoire vraie

Mes enfants, asseyez-vous confortablement sur mes genoux et à mes genoux, je vais vous raconter une histoire. Je vous préviens, c'est une histoire vraie. Venez, venez, il reste de la place, asseyez-vous sur l'accoudoir du fauteuil. Chut, je commence.

Il était une fois Monsieur Balédanlku et Madame Komunepoupé.

Chaque matin  ils prenaient tous les deux le train de 7h 20 pour aller travailler. Je les voyais sur le quai. Chacun de son côté car ils ne se connaissaient pas. Ils ne savaient pas que l'autre existait, ils n'en avaient aucune idée.

Je vous décris Monsieur Balédanlku. Il a entre 30 et 35 ans, un costume et toujours Le Monde de la veille, (enfin, je suppose que c'est celui de la veille) plié sous le bras. Parfois c'est un porte-document. Mais il a toujours la même position du bras gauche, replié sur Le Monde ou un dossier plat. C'est le genre d'homme à préparer ses vêtements la veille au soir et à remplir sa déclaration d'impôts dés qu'il la reçoit. Il a un début de calvitie. Mais je l'ai bien observé: je vous assure qu'il est très jeune. Son costume est sérieux ,des plus classiques, gris foncé,  mais le pantalon est toujours un peu serré. Monsieur Balédanlku se tient très droit, très extraordinairement droit, très extraordinairement raide. Il avance d'un pas très régulier, très lent, comme s'il portait un encensoir. Il s'avance vers la gare avec componction.

Madame Komunepoupé a entre 35 et 40 ans. Elle a un visage extraordinaire de poupée, avec un petit nez retroussé, presque pointu, du bleu sur les paupières, et des boucles blondes sur les épaules complétement artificielles, faites au fer à boucler, impeccables, une petite bouche rouge, elle ne sourit pas beaucoup,elle a tous les jours, absolument tous les jours des chaussures différentes et une jupe différente (on la voit qui dépasse sous son manteau qui par contre est toujours le même. Sauf qu'elle a aussi un imperméable pour les jours où il pleut).

Sa tête est toute petite sur un corps  beaucoup plus important. Mais elle ressemble beaucoup à une poupée de foire. On a envie de l'asseoir sur un divan avec ses grosses jambes qui pendent et ses boucles aussi qui pendent.

Qu'est ce que je connais d'autre d'eux?

Monsieur Balédanlku habite dans ma résidence et prend le même métro que moi. Souvent en sortant de la gare Saint-Lazare je le suis, ne pouvant pas le quitter des yeux, guettant le signe de quelque chose d'autre que ce qu'il me donne à voir tous les jours. Mais je ne vois rien, il marche, il descend dans le métro, et je le perds de vue.

J'en sais plus sur Madame Komunepoupé. J'en sais plus parce que je sais qu'elle n'est pas du tout comme on croit. Un jour en effet, elle était dans la même train que moi le soir, avec un ami qui a surgi et s'est assis à côté d'elle. Eh bien elle a une voix grave, pas du tout une voix de poupée, et elle a l'air très intelligente, et quand elle riait et parlait, elle était rayonnante. Or une poupée n'est jamais rayonnante, n'est-ce-pas?

Quand Monsieur Balédanlku s'est approché d'elle ce matin-là elle a à peine bougé un cil. Elle l'a pourtant vu venir du fond du wagon. Il marchait lentement avec sa componction  habituelle.

Il a posé son Monde sur les genoux d'un voyageur interloqué, il a enlevé sa veste de costume. Il était  en chemise, tout le monde regardait, il n'y avait plus un bruit, elle était immobile, ses yeux de porcelaine juste un peu agrandis, le train roulait. Je voyais sa poitrine se soulever sous son chemisier. Elle l'a déboutonné., soulevé sa jupe écossaise. Il a baissé son pantalon. Et ils ont fait l'amour.

Commentaires

Magnifique!

Écrit par : marie | 28/05/2014

Merci Marie.

Écrit par : Sophie | 01/06/2014

Tu t'es endormie dans le métro et tu as rêvé.

Écrit par : Julie | 28/05/2014

Moi m'endormir dans les transports?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Oui, tout le temps!

Écrit par : Sophie | 01/06/2014

Ça alors ! je ne m'y attendais pas ! Extraordinaire ...

Écrit par : sabine | 28/05/2014

extraordinaire...mais tu racontes si bien ; quand même faut oser ce genre de choses !!!

Écrit par : jos | 29/05/2014

Oser écrire ça ou le faire?

Écrit par : Sophie | 01/06/2014

Une belle histoire qui commence bien...on s'attend à tout, sauf à ça !
J'étais bien installée près de vous sur l'accoudoir de votre fauteuil, comme vous me l'avez permis...et puis d'un seul coup, le charme était rompu !
Comment peut-on faire ça devant tout le monde, dans le métro ! Ca faisait peut-être des mois qu'ils se faisaient des clins d'oeil au dessus des rails...? dois-je vous croire ? Vous m'avez si souvent fait marcher ! ! !

Écrit par : meregrand | 29/05/2014

Mais oui ,tout est vrai dans l'histoire, sauf les deux derniers paragraphes !

Écrit par : Sophie | 01/06/2014

Je pensais bien !!!romans policiers en vue...tu n'y songes pas ?

Écrit par : jos | 01/06/2014

Les commentaires sont fermés.