Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2017

Le plombier était trois

Hier 14h 05: je commence à m'énerver (stupidement) car le plombier qui avait annoncé sa venue à 14 h n'est pas arrivé. 14h 05: le voilà, ils sont trois. Un vrai conte de classes sociales, un rêve hiérarchique: le patron - celui que j'avais eu au téléphone et qui visiblement, vu ma voix ( ma voix est jeune, qui s'y frotte s'y pique !) croyait que j'avais 25 ans, s'étant permis après l'énoncé de mon nom quand il avait noté mes coordonnées, de me demander " et quel prénom charmant ?" balance ton plombier, quasi en costard, très grand, massif, imposant, très assuré, très MEDEF, très je fais suer le burnous, je suis le cerveau, moi je ne débouche rien, je donne les ordres, accompagné du technicien genre plombier très expérimenté tout de suite en train de farfouiner sous l'évier, donnant de sa personne et cela horreur sous l'œil Immédiat de son patron, les deux étant suivis d'un timide et embarrassé apprenti de dix sept ans qui ne sait pas qu on ne se gratte pas les couilles chez les gens, l'air terrorisé, et à qui le patron parlait comme à un esclave. Un trio pesant car chacun très tendu. Envahissement de leur humeur butée à tous. Ils sont restés quarante minutes. Le patron désagréable lorsqu il a vu que je n'avais pas 25 ans.( mais 27). L'expert pareil, quand il a trouvé des " habitants" comme il a dit, sous l'évier ( oh ça va, trois araignées c'est pas la fin du monde, et moi je ne tue pas les araignées), ce gaillard a dit " ça pique ?" , le chef a répondu " non" mais sans être étonné de la question. Là je sentais que j'étais tombée très très bas dans leur estime: pas jeune + araignées sous l'évier + cuisine délabrée, ils faisaient la gueule à l'extrême. Il était en même temps question de furet électronique.  ?!!??? Le patron, pendant que le vrai plombier intervenait en répétant " c'est la colonne de l'immeuble" d'un air tragique, regardait par la fenêtre ou répondait au téléphone pour traiter d'autres affaires, l'air important et pressé, très chef d'entreprise, tandis que l'apprenti jetait des cuvettes d'eau sorties par l'homme de l'art d'on ne sait où, dans les chiottes ( en en versant la moitié à côté comme j'ai pu le constater après leur départ). Bon, au bout du compte il faut qu'une entreprise " spécialiste" (?) intervienne dans la canalisation collective. Quand cela aura t il lieu ? Mystère. " J'ai plus rien à faire là" a dit alors d'un ton excèdé le patron, qui avant m'avait intimé l'ordre de regarder le croquis qu'il il faisait pour la gourdasse que je suis, j'imagine que le coup du croquis griffonné sur la machine à laver c'est sa botte secrète, celle qui signe son professionnalisme...Tu parles, un croquis débile qui n'explique rien mais pour éblouir la ménagère, j'étais très pressée qu'ils partent. Autant que toi de te barrer, pépère. J'ai dit " Bon, merci pour votre diagnostic". Il a aussitôt rétorqué " diagnostic ET intervention". Oui j'ai dit, "et donc combien je vous dois ? " Je vous envoie la facture" ( 3 personnes déplacées, ça va douiller) a t il repondu d'un ton arrogant. " Et faites un peu de ménage" a t il ajouté. Non, il ne l'a pas dit, mais ça se voyait dans ses yeux. Il a dit qu il allait voir le gardien pour lui expliquer. Le jeune est parti en se grattant derechef les couilles. Ouf, ils étaient partis. Je suis allée me pencher sous l'évier. J'ai dit aux araignées " mes pauvres chéries, quel mauvais moment, mais c'est fini, c'est fini". Ceci dit, le problème n'est pas résolu. Demain le Professeur n'a plus de chaussettes propres.

Commentaires

Un sacré début de vacances ou de retraite! Bizarre quand même que les plombiers soient une telle mine d'anecdotes (j'en ai aussi).

Écrit par : Fanfan | 14/12/2017

Répondre à ce commentaire

Quels beaux portraits des gaillards ! J'avais envie qu'ils partent aussi. Sinon, pour les chaussettes, vous avez une laverie automatique pas trop loin ?...

Écrit par : sabine | 14/12/2017

Répondre à ce commentaire

trois d'un coup ! Presque autant que le vaillant petit tailleur.
Bon courage pour les chaussettes (le conte de Noël de cette année parle d'un roi qui a froid aux pieds, mais pas de Noël)

Écrit par : la Mère Castor | 14/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire