Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2017

L'oiseau Parduni

Dans une semaine, l'oiseau part vivre à Marseille. L'oiseau Parduni. Bon, l'oiseau n'a plus quinze ans, même si je crois toujours qu'il en a douze. L'oiseau en a 22 et je pense qu'il est bien plus débrouillard que lorsque je suis partie de chez mes parents à 20 ans. Et puis l'oiseau ne part pas sans filet (de pêche, pour la sardine). L'oiseau suit-il Mélenchon ? Les gens le lui demandent en rigolant. L'oiseau rigole. L'oiseau a quitté son boulot d'hôtesse à temps partiel et la fac de Nanterre. Sa nouvelle fac est sur la Canebière ! Tout est bien, on n'a pas des enfants pour soi et toussa toussa. N'empêche, tout à l'heure dans la voiture conduite par son frère, j'aurais voulu que le trajet qui durait dix minutes dure toujours: sous la pluie il y avait dans cette voiture Vladi, Loulou (Parduni), et le Professeur Ronchon. Amours !

Commentaires

"Parduni", on dirait le nom d'une déesse hindoue!
Bonne route à elle et viens vite la voir à Marseille, comme cela, on se verra aussi.
Tu peux lui donner mon n° de portable au cas (fort improbable) où elle aurait besoin d'aide

Écrit par : Fanfan | 09/08/2017

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup Fanfan pour ma déesse hindoue !

Écrit par : Sophie | 11/08/2017

C est trop difficile pour les mamans poules, ce départ du nid...

Écrit par : sabine | 10/08/2017

Répondre à ce commentaire

Oui !

Écrit par : Sophie | 11/08/2017

Difficile, mais inévitable.......

Quand mon fils aîné a quitté la maison, j'ai été trois semaines sans ouvrir la,porte de sa chambre......et il vivait à cinq kilomètres de chez nous, mais s'était mis en ménage.

Pour le plus jeune, quand il est entre en classe préparatoire, il revenait une fois pas semaine, ensuite, quand il est entre á l'école qui etait á Dijon, il revenait environ une fois par mois. Après, il est parti en Roumanie, et maintenant en Côte d'Ivoire......à chaque fois, c'est un arrachement plus grand que le precedent. Ah, les mères poules.....toutefois, si je comprends bien, Vladimir est revenu ?

Écrit par : Julie | 10/08/2017

Répondre à ce commentaire

Vladi est revenu le 10 juillet...mais il repart (en Australie) vers le 15 septembre !

Écrit par : Sophie | 11/08/2017

Ah ! Les mères poules ! J'en suis une également ! Il le faut bien pourtant...ils ont leur vie à eux..
C'est très dur la séparation...Ma fille a quitté la maison à 18 ans, pour aller en cité U à Brest, puis Rennes, Le Mans, études, et Rennes où son travail l'a menée...ce fut dur car nous travaillions encore et 2 garçons plus jeunes, je n'ai jamais pu aller la voir ni l'aider moralement car ce fut difficile pour elle aussi...mais l'oiseau était débrouillard et indépendant aussi, mon 2 e , santé oblige...n'est parti que vers 24 ans..pour Brest à 8 km de chez nous et où il vit encore, il se débrouille avec un peu d'aide, mais je veille sur lui de loin..mon 3 e, est parti à 15 ans pour suivre le secondaire au Prytanée de la Flèche...3 ans où nous avons été le voir lors des week end autorisés...pour moi ce fut un déchirement..je ne savais pas s'il était heureux, il y a 20 ans de cela..je n'ai pas suivi son secondaire, la discipline était dure là bas..( nous avons "inaugure" les premiers telephones portables !).il n'est pas resté faire une prépa là bas, il est revenu à Brest à la fac, en lettres, puis est reparti en Erasmus au Pays de Galles, est revenu, c'est depuis ce moment qu'il était copain avec professeur Ronchon, puis depuis 10 ans il est en Normandie par suite de mutation, mais il a changé de métier après un dur labeur, il est bibliothécaire à la BU se Évreux..je pense qu'il ne m'en voudra pas de confier ce parcours dans le blog de Sophie...tout est bien..c'est dur pour eux tous ces parcours et ces séparation, même si elles sont nécessaires..
Quand je pense à tout cela, j'ai le " tournis" ...
Mais moi je me suis bien mariée à 21 ans...ma maman a dû souffrir de mon absence, ma soeur était partie elle aussi à 18 ans, moi à 19 ans je suis partie à Paris , mutée par les PTT de l'époque mais je suis revenue bien vite continuer les études que j'avais commencées...
Mon époux à aussi quitté sa maison à 16 ans et n'y est plus revenu qu'en permission..
Voilà, je raconte un peu notre parcours dans le blog de Sophie...
Je vous embrasse et souhaite le meilleur pour Louise et pour toi Sophie..

Écrit par : Jos | 11/08/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Jos !
( et je ne savais pas pour Erasmus Pays de Galles pour Fred !)

Écrit par : Sophie | 11/08/2017

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Sophie,
Fred est parti en Erasmus au Pays de Galles à Swansea, en 2003, il y a fait sa maîtrise anglais-français, son mémoire, puis sa maîtrise de lettres modernes à Brest avant de passer le capes en même temps que le professeur " ronchon" ... S'étant " trompé" de métier, il a tout fait pour se reclasser, des formations, des cours, des concours, des déceptions et des " victoires" , il est coresponsable de la BU de Évreux, annexe de Rouen,
J'ai eu tant de craintes pour lui que je suis fière de sa ténacité, je pense que sa titularisation approche et que son parcours n'est pas fini..
Ceci dit, je suis fière aussi de mes autres enfants, chacun est différent, ma fille a lâché l'Inra au bout de 3 ans, où elle avait une belle carrière possible, fausse direction pour elle aussi ..mais elle s'est démenée pour continuer autre chose, journalisme, photo, elle n'a jamais arrêté que pour avoir des enfants...et c'est reparti depuis longtemps,
Nos enfants ne sont pas à nous et on doit les laisser faire leur chemin , ( même si parfois on est soucieux,) comme nous avons fait le nôtre..

Écrit par : Jos | 13/08/2017

Bonsoir Sophie,
Fred est parti en Erasmus au Pays de Galles à Swansea, en 2003, il y a fait sa maîtrise anglais-français, son mémoire, puis sa maîtrise de lettres modernes à Brest avant de passer le capes en même temps que le professeur " ronchon" ... S'étant " trompé" de métier, il a tout fait pour se reclasser, des formations, des cours, des concours, des déceptions et des " victoires" , il est coresponsable de la BU de Évreux, annexe de Rouen,
J'ai eu tant de craintes pour lui que je suis fière de sa ténacité, je pense que sa titularisation approche et que son parcours n'est pas fini..
Ceci dit, je suis fière aussi de mes autres enfants, chacun est différent, ma fille a lâché l'Inra au bout de 3 ans, où elle avait une belle carrière possible, fausse direction pour elle aussi ..mais elle s'est démenée pour continuer autre chose, journalisme, photo, elle n'a jamais arrêté que pour avoir des enfants...et c'est reparti depuis longtemps,
Nos enfants ne sont pas à nous et on doit les laisser faire leur chemin , ( même si parfois on est soucieux,) comme nous avons fait le nôtre..

Écrit par : Jos | 15/08/2017

En comparant mon "chemin" á celui de mon fils cadet, je me,dis qu'il y a une vraie différence, et meme un gouffre. Je me suis mariée à dix neuf ans avec Bernard, sauf les deux années que Bernard a passés à Lille pour devenir professeur, nous n,avons jamais quitté les Ardennes. Nous avons été fonctionnaires toute notre vie. Il,m'arrive de me,dire que ce sont nos vies, routinières et sans grandes surprises, qui ont décidé inconsciemment Philippe á partir au loin. La Roumanie, la Slovénie, la Macédoine, la Hollande, Paris, ça, c'était bien, et,maintenant la Côte d'Ivoire. Ceci,sans parler du divorce. Mais, il,nous aime. Dans l'épreuve que nous venons de traverser, il a été remarquable d'efficacité, et sa femme aussi. Sans eux, je crois bien que mon mari ne serait plus de ce monde et je ne parviens pas à m'en remettre.

Écrit par : Julie | 13/08/2017

Répondre à ce commentaire

Les années que Bernard a passées.....oups

Écrit par : Julie | 13/08/2017

Répondre à ce commentaire

Je suis près de toi, de loin, Julie...Je ne sais pas quelle épreuve tu as passé mais je t'apporte mon courage...( Les épreuves sont , hélas, le chemin de la vie )

Écrit par : Jos | 13/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire