Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2017

Une interview de Fougeret de Monbron, l'auteur de "Margot la ravaudeuse" - (2 € en folio ou en accès libre sur internet)

A46262(1).png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Bonjour Louis-Charles, quoi de neuf ? Vous avez regardé le débat hier ?

- Bien sûr, vous voulez que je vous dise pour qui je vais voter?

- Pitié ! Surtout pas ! De toutes façons on ne vous connait pas, vous êtes né quand en fait?

- En 1706. Vous situez ?

- Pas vraiment. Il se passait quoi en 1706?

- Ben , ma naissance, celle de Benjamin Franklin, celle d'Emilie du Châtelet...

- Et sinon ?

- Sinon c'était la fin du règne de Louis XIV, Bach avait 21 ans, Molière était mort, Mireille Matthieu venait de gagner l'Eurovision...

- C'était le bon temps...

- Oui ! Voilà !

- Et vous êtes né où ?

- Comme Charles Le Téméraire et Pierre Mac Orlan: à Péronne. C'est dans la Somme.

- Ah ok. Et quel est votre avis sur le burkini ?

-  L'instrumentalisation communautariste du corps des femmes est odieuse

- Oh mais vous parlez très bien le mélenchon !

- Vous me faites rougir. Disons que j'ai quelques notions. Et des souvenirs de mon Erasmus en Mélenchonie.

- En effet. Vous êtes un grand voyageur et votre " Citoyen du monde" a fait je crois un tabac en 1750 ?

- Exact.Vous savez j'ai commencé par Londres. Un peu comme tout le monde. Yellow submarine. Je ne sais pas si on vous a dit que je n'étais pas un modèle de vertu ?

- Hum, en effet, il parait. On nous a même dit que " Margot la ravaudeuse" a été interdit ?

- Parfaitement ! Quelle pub pour moi ! J'ai été arrêté ! Mis en prison !Je suis même passé à " On n'est pas couchés".

- Oh!

- J'étais n° 1 chez les écrivains libertins

- Non ?

- Mais si voyons ! Vous n'avez pas lu mon "Canapé couleur de feu" ? Gros succès aussi. Très olé-olé.

- Nous en avons l'eau à la bouche

- Ikéa m'avait sponsorisé

- Euh...Ikéa existait ?

- Bien sûr. Ikéa a ouvert vers 1740. Au début il n'y avait pas de meubles, ça a commencé juste avec un rayon de luminaires - d'où le siècle des lumières- et puis ensuite comme ça cartonnait, ils ont fait les meubles, les étagères, les canapés.

- Fougeret, j'ai honte, je croyais Ikéa bien plus récent

- Tout le monde le croit mais pas du tout. Ceci dit, ne soyez pas vexée, vous n'êtes pas la seule à faire cette erreur

- Eh bien merci pour votre indulgence, et merci de nous avoir accordé un peu de votre temps si précieux. Vous serez au Salon du Livre à la fin de la semaine ?

- Bien sûr. Diderot m'appelait " le tigre à deux pieds", je n'ai jamais compris pourquoi, mais comme, parait-il, il vient au Salon pour signer son Neveu de Rameau -vous savez je n'ai que 7 ans de plus que lui- j'en profiterai pour lui demander. J'aime bien les salons, les canapés, les jolies femmes, et les bonnes bières belges.

- On se retrouve là-bas alors ?

- A l'inauguration. Jeudi soir. Stand Gallimard.

- Louis-Charles, merci ! Ciao !

 

 

 

 

Commentaires

Ikea... Luminaires... Siècle des lumières... Trop forte la Sophie!

Écrit par : Madeleine | 22/03/2017

Répondre à ce commentaire

On en apprend tous les jours.

Écrit par : Julie | 22/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire