Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2016

"Maris stella" (Hérédia)

736042.pngHérédia, par Paul Chabas (1869-1937)

"Sous les coiffes de lin, toutes, croisant leurs bras
Vêtus de laine rude ou de mince percale,
Les femmes, à genoux sur le roc de la cale,
Regardent l'Océan blanchir l'île de Batz.

Les hommes, pères, fils, maris, amants, là-bas,
Avec ceux de Paimpol, d'Audierne et de Cancale,
Vers le Nord, sont partis pour la lointaine escale.
Que de hardis pêcheurs qui ne reviendront pas !

Par-dessus la rumeur de la mer et des côtes
Le chant plaintif s'élève, invoquant à voix hautes
L'Étoile sainte, espoir des marins en péril ;

Et l'Angélus, courbant tous ces fronts noirs de hale,
Des clochers de Roscoff à ceux de Sybiril
S'envole, tinte et meurt dans le ciel rose et pâle."

Commentaires

O combien de marins, combien de capitaines.....

Je ne connaissais pas ce poème.

L'île de Batz, découverte quand j'avais treize ans, après une traversée vomitive sur un bateau puant le mazout..... Mais ensuite, quelle récompense, quel coup de foudre......

Écrit par : Julie | 22/08/2016

Répondre à ce commentaire

L'île de Batz pour moi...c'est toi !

Écrit par : Sophie | 23/08/2016

Écrire un commentaire