Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2016

A la laverie

IMG_20160727_122626.jpgIMG_20160727_120937.jpgQuelques heures avant notre arrivée, samedi, la machine à laver a brûlé. Oui, ici. Bref. Donc il n'y a plus de machine à laver dans la maison loufoque. Alors hier matin le Professeur Ronchon a enfourne le linge sale de la maisonnée dans sa hotte de Père Noël, et zou direction la laverie automatique. L'avocat du Professeur a censuré les lignes que j'avais écrites pour vous raconter les démêlés de son client avec les machines et surtout avec le boîtier mural d'insertion de la monnaie pour programmer la mise en route des dites machines, mais je tiens à la disposition de la justice la bande vidéo, avec le son, sinon c'est pas poilant, des coups de pieds d'un professeur rendu fou furieux par ce boîtier qui gardait toutes les pièces puis en acceptait d'autres de façon très aléatoire. Résultat: le professeur qui avait enlevé son pull tellement tout ça lui donnait chaud, charmantissime en tee shirt blanc et jean, écumant de rage, m'offrit un spectacle exquis de sa patience légendaire. Bah, il faut bien que jeunesse se passe. Et tandis que le James Dean des laveries automatiques fulminait, j'admirais en silence - je suis une sainte femme- le sol sublime de cette laverie, ces carreaux de ciment gris et rouges, cette splendeur. Un jour cette beauté sera remplacée par du lino. Benissons la chance d'  être arrivé avant !

Commentaires

Sont trop beaux les carreaux de ciment en Bretagne!

Écrit par : Marie Hatton | 28/07/2016

Répondre à ce commentaire

J'espère bien que si ces carreaux sont remplacés, une personne de goût les récupérera auparavant. Les carreaux de ciment sont furieusement à la mode en ce moment, et ils coûtent un bras.

Pauvre prefesseur Ronchon en butte à la perfidie de machines......


J'ai reçu hier une carte de Noémie, qui se trouvait la semaine dernière à Florence, une superbe carte, avec un très joli texte. Je lui ai tellement parlé de cette ville que j'adore qu'elle a pensé à moi. J'en suis très émue.

Écrit par : Julie | 29/07/2016

Répondre à ce commentaire

Il y a une petite fille qui va longtemps chercher sa socquette rose!!!!

Écrit par : Marie Hatton | 29/07/2016

Répondre à ce commentaire

Marie, bien vu pour la société rose!
Oui ils sont trop beaux ces carreaux de ciment..

Écrit par : jos | 30/07/2016

Répondre à ce commentaire

Mais oû vont elles donc, les socquettes quand elles s'en vont, le saura t'on jamais quand elles nous abandonnent? Dans un café anglais, une auberge espagnole?

Écrit par : Marie Hatton | 30/07/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire