Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2016

Germaine et Goethe

220px-Madame_de_Staël.jpgMadame de Staël a été très casse-couilles avec Goethe. Elle l'a admiré, poursuivi et collé au-delà de tout. Quand elle arrive en Allemagne en 1803, c'est avec la ferme intention, puisque Bonaparte lui interdit Paris, de se distraire ailleurs et en particulier à Weimar dont elle se dit qu'elle ne fera qu'une bouchée.

Dans sa ligne de mire: Schiller et encore plus, Goethe. Première invitation dans le monde, elle saute tout de suite sur Schiller -Goethe n'est pas là, il est en RTT- et le bassine en lui demandant pourquoi à son avis...Kant est intraduisible.  Schiller en lâche ses triangolini. Elle ne le laisse pas respirer et enchaîne: "Mais transcendental, ça veut dire quoi exactement?" Schiller se force pour ne pas être impoli, lui propose un apéricube, mais n'en pense pas moins. Il écrit à Goethe: "Je te préviens, elle veut tout expliquer, bonjour la mère casse-pieds; elle veut tout comprendre, tout mesurer, tout expliquer, elle n'a aucun sens poétique, pour elle rien ne doit être obscur, et on peut pas placer un mot".

Germaine de Staël, mon adorée, ne lâche pas l'affaire, et harcèle Goethe pour le rencontrer. Il invente tous les prétextes. Il a trop de boulot; Il se sent pas bien. Il fait trop mauvais temps, là où il est à Iéna.Qu'à cela ne tienne dit-elle, je vais venir, je vais louer un petit appart' tout près de chez vous, comme ça on pourra discuter".

Goethe est assez épouvanté par cette insistance mais comme je ne sais quel duc  de ses amis (ou du gouvernement ?) insiste, il consent le 23 décembre à se rendre à Weimar chez Schiller à une soirée où elle sera. Il y est, elle y est. Enfin elle le voit.

Et voilà bien les femmes, elle écrit le soir à son père sa déception " Pfff, il est gros".

Germaine !

Commentaires

Pourquoi tu l'aimes, Germaine ? Mon mari a eu jadis une patronne qui portait ce prénom. C'était une folle perverse, complètement dingue. Elle nous a fait passer une année infernale. Ce prénom, pour moi, est synonyme de terreur pure et simple, ainsi que le prénom Charlotte, qui était une de mes patronnes, folle et méchante.

Écrit par : Julie | 29/05/2016

Germaine, c'est le prénom de ma grand-mère maternelle, un prénom souvent moqué. Comme je suis très snobe, j'adore ces prénoms désuets et décriés.
Bon, mais si je me suis entichée de madame de Staël c'est pour sa vie si romanesque, des enfants, des amants, des voyages, pour son courage physique, pour son culot, pour son indépendance (à par le côté "fille à papa"), pour son intelligence fulgurante et son féminisme, pour son oeuvre mal aimée, et aussi pour tous ses défauts, toutes ses faiblesses, et l'amour-haine qu'elle a eu toute sa vie pour Napoléon et réciproquement !

Écrit par : Sophie | 30/05/2016

J'adore la chute !!!

Écrit par : sabine | 29/05/2016

Oui, et je n'ai rien inventé ! (sauf peut-être les apéricube ?)

Écrit par : Sophie | 30/05/2016

Les commentaires sont fermés.