Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2016

L'hôpital et le collège

claude-bernheim-de-villers.jpgEdouard Vuillard

En 2015 j'ai été plongée dans deux réformes catastrophiques: celle du secteur de la santé et celle du collège. Oui c'est un billet sérieux. Je suis en arrêt-maladie, c'est pour ça ! Pas malade mais trop fatiguée. Je retourne lundi au boulot. Bref. Donc plongée -pour des raisons professionnelles- pouet, pouet- dans la réforme de Marisol Touraine et plongée pour des raisons privées -je vis avec un prof, Monsieur Ronchon, c'est son nom- dans celle de Najat Vallaud-Belkhacem. Eh bien, c'est exactement la même chose. La même mascarade.

La défaite organisée de l'hôpital et du collège, habillée de mots "citoyens", et guidée par le seul souci de faire des économies, et pour la santé de laisser la place au secteur privé (ce sera le même résultat pour le collège). La nouvelle loi santé n'a fait parler d'elle que pour le tiers payant repoussé par les médecins et le Sénat. Mais elle cache une construction très structurée de la ruine bien réfléchie des hôpitaux: les objectifs vers l'ambulatoire sont épouvantables et machiavéliques, les impératifs financiers intenables sans association avec le privé le plus lucratif, les bonnes intentions mensongères (meilleur accès dans les textes aux IVG mais fermeture des centres les pratiquant)....

Les enseignements interdisciplinaires prévus pour la prochaine rentrée au collège sont tout aussi scandaleux: quand on sait qu'un des exemples mis en avant c'est "Madame Bovary mange-t-elle bio?" (authentique), on comprend l'inanité de cette réforme. Elle entraînera le développement d'une terrible géographie de l'éducation. Elle ne sera plus nationale, mais régionale, départementale, municipale. (comme bientôt les agences e pôle emploi).

L'industrie pharmaceutique prospère, les boîtes de cours particuliers aussi, le train n'a jamais coûté aussi cher, les allocations chômage vont diminuer, l'âge de la retraite recule, ses montants baissent, les prudhommes sont menacés, les heures sup seront moins payées, le tarif des maisons de retraite va augmenter,

Et sinon, le soleil entre grand dans le salon. Jimmy vient de vomir. Absinthe dort. Je vous quitte pour nettoyer le vomi.

Commentaires

C'est vrai que ça donne comme une envie de vomir... Explique moi mieux le madame "Bovary mange-t-elle bio", c'est un sujet de réflexion pour les collégiens ?

Écrit par : sabine | 11/02/2016

C'est un exemple donné par l'éducation nationale de thème pour un EPI nom barbare pour "enseignement interdisciplinaire" c'est à dire cours donné par deux profs de eux matières différentes (exemple ici français et sciences nat). Ces EPI seront obligatoires à la rentrée 2016 et auront lieu sur les 20% du temps habituel de cours

Écrit par : Sophie | 12/02/2016

Ce n'est pas très réjouissant, ce que tu nous racontes.... Et je ne parle pas du vomi de Jimmy.

Pour l'ambulatoire, il y a un certain temps que je suis très étonnés de voir des personnes entrer à l'hôpital et en ressortir le soir même (une nièce pour une opération d'un cancer du sein).... J'en suis restée pantoise. Cela dit, quand il le faut, on nous garde le temps nécessaire, mais pour combien de temps encore.... Quand je vois certains médicaments remboursés à 15 pour cent, je me dis que les gens qui n'ont pas de mutuelle ne peuvent plus se soigner. On amuse les gens avec des trucs idiots pour cacher les vrais problèmes. Le coup du tiers payant en est un exemple. Notre généraliste le fait depuis des années, et il n'est pas le seul, il semble survivre.

Repose toi bien. Ce n'est pas surprenant t que tu soies fatiguée, c'est l'inverse qui le serait.

Écrit par : Julie | 11/02/2016

J'ai fait une ribambelle de fautes, c'es à cause de Li Pad, le clavier virtuel me joue des tours pendables.

Écrit par : Julie | 11/02/2016

Repose toi bien Sophie
Je t embrasse et Tanguy aussi

Écrit par : jos | 12/02/2016

Les commentaires sont fermés.