Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2016

Du bleu, du gris, du lugubre, la mer, des mimosas en fleurs, un dromadaire et un chameau

luc 2.jpgNous venons de passer 24 heures à Luc sur Mer. Vous savez où c'est ? A 15 kms de Caen sur la côte, près d' Ouistreham. On allait aux 4 ans d'une irrésistible petite fille qui habite là-bas. Bref. On y était hier vers quatre heures, pour le goûter, et le ciel était bleu qui était gris à Paris. Avec du vent dans les drapeaux au bord de la mer grise devant l'hôtel Beau rivage. On était trop nombreux pour dormir tous dans la maison, donc on avait réservé une chambre dans cet hôtel (Bon sang vous saurez tout,  rien ne vous est épargné). Tiens voilà sur les deux photos en-dessous, ce qu'on voyait de la chambre: le parking de l'hôtel, les cabanes de bain de la plage, la mer.

Le soir on a tous mangé une fondue bourguignonne dans la maison de la petite fllle où toute la famille était réunie. Quand on est rentrés à l'hôtel à quelques mètres, la nuit était sinistre (la nuit normande est sinistre, non ? ou c'est moi?). Et quand on s'est réveillés, ô merveille, fenêtre ouverte sur le parking et sur la mer verte et blanche qui montait avec fracas, c'était le bonheur de l'air frais et salé et du cri des mouettes. Mais le tout un peu lugubre quand même. Franchement, dites pas le contraire !

Luc 5.jpg

Luc 4.jpgDirection alors: Ouistreham. Hélas la route ne longe pas la mer elle traverse des villages étalés comme des banlieues américaines, avec des casinos immondes tous les 5 kilomètres, et parfois des colombages noirs sur les façades. Je me demande si ce n'est pas ce bois sombre qui donne cette impression de tristesse. Peut-être aussi toutes ces maisons à vendre, ces magasins à louer, cette sensation de temps étiré, de perdition. Et au milieu de tout ça, dans des jardins des mimosas en fleurs, des énormes mimosas en fleurs.

En rebroussant chemin pour le déjeuner, un dromadaire et un chameau se détachaient sur le ciel et la mer, apparition merveilleuse, incongrue, stupéfiante (en fait c'était les animaux d'un cirque tout proche à qui on faisait respirer un peu le bon air).

 

mer 6.jpg

Commentaires

chez Sophie la magicienne, ne manquent plus que les Rois mages...

Écrit par : la Mère Castor | 25/01/2016

Tiens, encore des chameaux : http://lorgnonmelancolique.blog.lemonde.fr/2016/01/24/la-poesie-cest-le-debut-de-lannee/

Écrit par : la Mère Castor | 25/01/2016

L'apparition des chameaux-dromadaires est digne d'une séquence de film de Fellini, étonnamment poétique...

Écrit par : sabine | 25/01/2016

On doit être hors-saison.

Écrit par : fred | 25/01/2016

oh c est amusant ces chameaux-dromadaires à Contrejour
En janvier, quand tout est déserté, humide et froid, les paysages semblent un peu lugubres,
cette nuit j entends la pluie tomber à verse et le vent souffler. je ne voudrais pas être dehors!! hier le temps était d une tristesse ! même ici,
l été la Normandie a beaucoup de charmes, tout comme la Bretagne et autres régions, j aime bien les petits villages que l on découvre tout à coup,
l hiver se fait long, j ai des envies d escapades mais plus assez de santé....

Écrit par : jos | 27/01/2016

Les commentaires sont fermés.