Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2015

La maison loufoque

Je crois que j'ai déjà écrit un billet à propos de la maison loufoque. Donc je vais radoter. Plaisir de radoter des mots d'amour. Donc la maison loufoque est celle des parents de mon chéri qui pendant l'année habitent un appartement à Brest quasiment au-dessus d'une librairie immense (bonheur) -où mon chéri ronchonne "ya rien" ce qui n'est pas du tout vrai et prouve une mauvaise foi à peu près égale à celle de Rebsamen quand il se félicite des chiffres du chômage qui augmente de 0, 1% en moins que les prévisions. La maison loufoque est habitée grosso modo de fin mai à octobre. Vu qu'elle est sans chauffage. Et sans gaz de ville. Bouteilles de butane à tous les étages.

En juillet et août elle fait l'objet de passages, de séjours plus ou moins longs, des uns, des autres. Je l'ai connue la première fois pleine de monde. Depuis je l'ai connue moins remplie, plus remplie, presque "vide" avec seulement ses propriétaires et nous, à toutes les sauces et je l'aime à toutes les sauces. C'est certain que pleine, elle me rappelle les étés heureux (ou moins heureux d'ailleurs) charentais, et la gaité de ces va et vient, des grandes tablées, et des moments à ne rien faire qu'être ensemble, me manquaient, et je les ai retrouvés à Saint Pol, grâces soient rendues au Ciel qui a permis cela. Bref. Tout ça ne nous dit pas en quoi elle est loufoque.

Mais pour l'instant je ne sais pas comment le dire.

 

 

Les commentaires sont fermés.