Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2015

La sublime orpheline Florence Henri

florence-henri31.jpgtumblr_m9smqhGzpX1qghk7bo1_500.jpgflorence-henri-portrait-of-a-woman-1938-1346881965_b.jpg127734-florence-henri-3.jpg87387_1291817130_87080-1289923661-henri.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arton10747-c62f8.jpgflorencehenri_11_femmeauxcartes-2-c2608.jpg4N52331_normal.jpg

 

 

 

 

 

130 photos de Florence Henri (1893-1982) sont exposées au musée du Jeu de Paume jusqu'au 27 mai. Son père est  français, sa mère allemande. Ils disparaissent tôt, elle quand elle a deux ans, lui quand elle en a quatorze.

Elle est née à New-York mais vit en Silésie jusqu'à ses 9 ans puis est pensionnaire à Paris. Elle étudie le piano à Rome chez une tante puis à Londres. Pianiste, elle renonce au piano et devient photographe, rencontre les Delaunay, Man Ray, Arp, Kandinsky et ouvre pour vivre son studio de photographie.

Elle donne des cours de photo (Gisèle Freund a été une de ses élèves) et photographie des publicités (comme ces pâtes La Lune), puis se consacre à la peinture.

Elle est très injustement méconnue quand même, non?

Commentaires

J'ai vu sur internet d'autres très belles photos qu'elle a prises. Notamment avec des jeux de miroirs intéressants. Oui, elle aurait pu être mieux connue.

Écrit par : sabine | 19/04/2015

Ou c'est quand même incroyable....

Écrit par : Sophie | 24/04/2015

Tant et tant de choses que je ne connais pas.......

J'ai vu samedi matin l'exposition qui se tient à la fondation Vuitton. J'ai admiré le bâtiment, le jardin d'acclimatation que je ne connaissais pas. L'exposition, je l'ai visitée seule, ma belle-fille est restée dans le jardin avec Daria, ce qui est très gentil de sa part. J'ai été bouleversée de beauté, d'émotion, devant des toiles vraiment exceptionnelles. J'ai vu "en vrai" l'Homme qui marche, de Giacometti, "le Cri" de Munch, "La danse" de Matisse, et des Kandinsky dont je n'aurais jamais pensé qu'ils me plairaient à ce point. Je me sentais pénétrée par la beauté, renversée d'émotion, j'ai fait le tour des salles deux fois, je n'arrivais pas à me détacher de certains tableaux. J'ai parlé à une des dames qui surveillaient dans les salles, elle était adorable.

Écrit par : Julie | 20/04/2015

Si heureuse pour toi de ce moment si fort de beauté

Écrit par : Sophie | 24/04/2015

Les commentaires sont fermés.