Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2014

"L'éternité du figuier de Barbarie" (Mahmoud Darwich, 1941-2008)

IMG_3316.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 photo: Louise

 

 

"- Où me mènes-tu père ?
- En direction du vent, mon enfant

A la sortie de la plaine où les soldats de Bonaparte édifièrent une butte
Pour épier les ombres sur les vieux remparts de Saint-Jean-D’Acre
Un père dit à son fils : N’aie pas peur
N’aie pas peur du sifflement des balles
Adhère à la tourbe et tu seras sauf. Nous survivrons
Gravirons une montagne au nord, et rentrerons
Lorsque les soldats reviendront à leurs parents au lointain

- Qui habitera notre maison après nous, père ?
- Elle restera telle que nous l’avons laissée mon enfant

Il palpa sa clé comme s’il palpait ses membres et s’apaisa
Franchissant une barrière de ronces, il dit
Souviens-toi mon fils. Ici, les Anglais crucifièrent ton père deux nuits durant sur les épines d’un figuier de Barbarie
Mais jamais ton père n’avoua. Tu grandiras
Et raconteras à ceux qui hériteront des fusils
Le dit du sang versé sur le fer

- Pourquoi as-tu laissé le cheval à sa solitude ?
- Que la maison reste animée, mon enfant. Car les maisons meurent quand partent leurs habitants

L’éternité ouvre ses portes de loin aux passants de la nuit
Les loups des landes aboient à une lune apeurée
Et un père dit à son fils
Sois fort comme ton grand-père
Grimpe à mes côtés la dernière colline des chênes
Et souviens-toi. Ici le janissaire est tombé de sa mule de guerre
Tiens bon avec moi et nous reviendrons chez nous

- Quand donc, mon père ?
- Dans un jour ou deux, mon fils

Derrière eux, un lendemain étourdi mâchait le vent dans les longues nuits hivernales
Et les hommes de Josué bin Noun édifiaient leur citadelle
Des pierres de leur maison
Haletants sur la route du Cana, il dit : Ici
Passa un jour Notre Seigneur. Ici
Il changea l’eau en vin puis parla longuement de l’amour
Souviens-toi des châteaux croisés
Anéantis par l’herbe d’avril, après le départ des soldats "
 
 779859.jpgdarwich.jpgDarwich-Couv_0.JPGAVT_Mahmoud-Darwich_6870.jpeg  
 
 

 

 

 

Commentaires

J'adore ce poème. Je me souviens qu'un conférencier est venu lire des textes d'Elias Sembar (qui a traduit le poème) à la médiathèque de chez moi). Elle est sous quel soleil, la belle Louise ?

Écrit par : Julie | 28/08/2014

Elle était à Sainte-Maxime. Elle est rentrée. Je ne l'ai pas vue pendant un mois ! 1 mois !

Écrit par : Sophie | 28/08/2014

Heureuse jeunesse, je suis prête à parier qu'elle s'est ennuyée moins que toi, mais un peu quand même.

Écrit par : Julie | 28/08/2014

En fait, plus que m'ennuyer d'elle, je me soucie, quand elle n'est pas dans les parages. Mais bizarrement, pas trop cet été. Je progresse ! Il faut dire aussi qu'à la fin elle était à la maison et s'occupait des chats pendant que j'étais en vacances, donc je m'inquiétais moins !

Écrit par : Sophie | 28/08/2014

Nous sommes toutes les mêmes, les mères, à ne jamais tout à fait nous consoler de sentir nos petits loin de nous (même quand les "petits" sont largement adultes, de qui est le cas des miens).

Écrit par : Julie | 28/08/2014

Les commentaires sont fermés.