30/12/2012

Tchekhov

418px-AChekhov89.jpg

 

Je ne savais pas que l'enfance de Tchekhov avait été celle-là, aussi sombre et aussi dure, marquée par ce père tyrannique qui frappait ses enfants, hurlait, et était obsédé en même temps par le culte religieux, sûr de son bon droit, détestable avec sa femme et content de lui. Je ne savais pas que ses deux frères ainés avaient fui dés que possible à Moscou, puis qu'ensuite dès seize ans Tchekhov avait dû gagner sa vie en donnant des cours, puis que rejoignant Moscou où ses parents étaient partis il était devenu un peu le "chef de famille" s'occupant de tout le monde, avec autant de douceur que son père avait été fou furieux, je ne savais pas que Taganrog où il est né (comme plus tard Alexandre Koyré) , était si loin de Moscou, et qu'Alexandre 1er y était mort, je ne savais pas tout ce que je lis sur lui dans cette biographie de Troyat qui date de 1984. J'ai entendu souvent parler de Troyat de façon méprisante. J'ai plaisir à le lire, il écrit simplement, sans prétention. N'ayant vécu que 6 ans en Russie on sent bien le lien qui l'y attache, logique et bien sûr un peu pathétique - tous nos liens le sont-  je ne sais pas s'il y est retourné. Quand j'étais jeune Troyat était moqué pour abuser de ce qu'on appelait un filon, son filon russe, mais il écrit comme un honnête artisan ou alors je suis devenue gaga. Toute ma vie aussi j'ai entendu, là je ne parle plus de Troyat, cet opprobre sur les biographies des écrivains, ces "le texte, le texte, rien que le texte !", mais moi leurs vies m'intéressent et leurs visages que je regarde comme le plus belle et mystérieuse chose du monde, celui de Tchekhov sur cette photo et découvrant son enfance, sa jeunesse, je regarde plus longtemps ses traits et ses yeux et cet homme jeune qui avait déjà vécu tout cela, et je m'y perds, dépassée par ce qui ressemble à de l'amour.

 

 

 

Commentaires

Je suis de ton avis en ce concerne Troyat, certes, il a pafois sombré dans la facilité en écrivant des sagas sans fin, mais j'ai bien aimé certains de ses livres, j'ai lu de lui une biographie (je ne sais plus de qui) qui m'avait beaucoup plu. Il a été critiqué par une certaine critique qui jalouse souvent les gens qui ont du succès.

Écrit par : Julie des Hauts | 30/12/2012

Bonsoir Sophie, j'ai lu cet été le Flaubert de Troyat et c'était très bien aussi, comme tu dis. Bon réveillon.

Écrit par : fred | 30/12/2012

félcitations M

Écrit par : jos | 31/12/2012

Ma grand-mère qui m'a donné le goût de la lecture aimait beaucoup Troyat, que je n'ai jamais lu (sauf un joli conte de Noël paru au Père Castor, on ne se refait pas) du coup j'ai un grand respect pour cet auteur qui égayait la vie de cette grand mère tant aimée.
On comprend beaucoup des écrivains en lisant le récit de leur vie, je me souviens avoir vu une belle exposition sur Tchékov (visitée avec une amie de blog) à Avignon, maison Jean Vilar.

Écrit par : la Mère Castor | 31/12/2012

aurtrfois je m'étais fait une collection de tous les Flaubert en beaus livres..et ppuis année de grandes solitudes...ils sont partis Dieu sait où et je regrette, comme tous les regrets, il m'en reste eux ou trois, on me disait qu'il écrivait de "l'alimentaire "et mi j'aimais , bon on ne refait pas la vie

bon réveillon à tous et toutes

Écrit par : jos | 31/12/2012

c'est conxtellé de fautes est ce lisible ? on dirait un CP ....pardon

Écrit par : jos | 31/12/2012

je fais des efforts pour écrire moins vite, réfléchir et me relire; mais cela m'arrivera encore,
merci Julie de me dire que ce n'est pas grave, le clavier demande de la concentration, une dyslexie contrariée revient sue le 'tard'!
Pour ce qui est de l'écrivain Henri Troyat, c'était bien de lui que je parlais en pensant à autre choses, je pensais à Flaubert que j'aime aussi car nous avions été à Rouen où il a vécu, a des statues et un musée, une maison, son père était médecin au vieil hôpital de la ville à l'époque, j'ai offert à mon plus jeune fils le livre 'Flaubert est un blaireau', je ne l'ai pas lu, j'espère qu'il aimera, c'est Faubert vu par des élèves d'un lycée professionnel ; ce livre est sorti cet automne

Écrit par : jos | 10/01/2013

- Julie: je ne suis pas certaine que c'est une question de jalousie, c'est plutôt qu'il est très peu universitaire, c'est le moins qu'on puisse dire et que son style "traditionnel" faisait un peu vieillot, tu ne crois pas? Je suis étonnée qu'on donne si souvent comme raison aux choses la jalousie...

Écrit par : Sophie | 02/01/2013

- Fred: et le "Troyat" de Flaubert? Excellente bio! Sans blaguer, bonne année à toi et E. J'espère à bientôt.
- La Mère Castor: ce qui était merveilleux c'est que Troyat en plus était très prolifique!!
- Jos: je pense que ta langue a fourché et que tu parles des Troyat? parfois les livres disparaissent, oui. Quels sont les titres qui te restent?

Écrit par : Sophie | 02/01/2013

"Jalousie" n'est peut être pas le terme qui convient, mais quand même, les gens qui ont du succès, que ce soit en littérature ou au cinéma, sont souvent méprisés par une certaine "élite" ou se pensant telle, qui encense régulièrement des trucs du genre bouquins ou films hermétiques. Je suis souvent piégée par les critiques de mon magazine (télérama) qui donne de supers appréciations pour des choses qui me laissent parfois pantoises, mais c'est vrai que je ne suis pas une intello.

Écrit par : Julie des Hauts | 02/01/2013

oui ma langue a fouché, il s'agit des Troyat bien sûr, je ferai moins de commentaires "ridicules"....j'attendrai d'être mieux....j'ai honte

Écrit par : jos | 05/01/2013

Sophie mon clavier avait 'fourché' car je pensais à autre chose en m^me temps, Flaubert par exemple car nous revenions de sa ville et j'en étais imprégnée....
Je te irai quel livre me reste de Troyat, 'Catherine la grande' je crois alors que je les avais tous en beaux livres et que je les aimais....dure la vie à certains moments, c'est personnel mais après on regrette...bises

Écrit par : jos | 10/01/2013

fourché et pas 'fouché", encore un bide...

Écrit par : jos | 05/01/2013

Jos, pas de honte pour si peu, je ne sais pas pourquoi, mais quand on tape sur un clavier on commet des erreurs qu'on ne ferait jamais le stylo à la main.... je suis comme toi.

Écrit par : Julie des Hauts | 06/01/2013

Les commentaires sont fermés.