Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2017

Tu as le droit d'être triste

IMG_20170610_143849.jpgVoilà je me parle à moi même. " Tu as le droit d'être triste" je me répète. Hier chez ma nièce, rebelote. " Excellente nouvelle" me dit ma sœur à l'annonce de ma retraite dans 6 mois. Mais personne ne voit que je suis triste ? Personne ne me dit " Tu as le droit d'être triste". Personne ne parle avec moi. Chacun plaque sur cette annonce des paroles convenues. Oh je sais je suis peut-être injuste, tout le monde est gentil. Mais en cette occasion, plus que jamais peut être, la parole me semble pauvre. Et vous savez pourquoi ? Parce que je ne demande pas à chacun une appréciation, mais parce que peut-être j'aimerais un échange vrai, une question, ou la mesure de ce que cela représente. En quoi est ce une bonne nouvelle que je n' aie plus de forces et que je doive déclarer forfait ? Oui je sais, je suis chiante.

Commentaires

Tu n'es certainement pas chiante. Ce que tu ressens est tout à fait normal et plus fréquent qu'on ne veut bien le dire. Je ne parle pas de moi, quand j'ai pris ma retraite après avoir travaillé à mi temps pendant un an, tout en gardant ma,petite fille quand je ne bossais pas, j'étais soulagée d'arrêter. Nous venions de déménager, beaucoup plus de boulot dans la,maison que dans l'appartement de fonction, donc j'étais fatiguée.

Mon mari, au contraire de moi a eu du mal les premiers temps. Il ressentait une certaine amertume à se dire que quelques semaines auparavant il avait d'assez lourdes responsabilités, et que là il se sentait réduit à rien. Il aurait bien accepté qu'on lui demande de tenir un rôle de tuteur ou d'aide pour celui qui l'avait remplacé. En plus comme je travaillais encore, il était souvent seul. Ensuite, il s'est bien habitué, s'est trouvé des occupations. Je pense que pour toi, ce sera pareil il te faudra trouver des choses à faire. Je pense que tu trouveras sans problème. Mais, oui, tu as le droit de ressentir un certain malaise.

Écrit par : Julie | 11/06/2017

Répondre à ce commentaire

On a le droit d'être triste quand on vit un changement dans sa situation personnelle. Le tout est de meubler les heures de la journée en activités qui plaisent. Il faut un certain temps d'adaptation, c'est normal. Il faut aussi garder une vie sociale. Bon courage.

Écrit par : Elisabeth | 11/06/2017

Répondre à ce commentaire

Mais non, tu n'es pas plus chiante que la moyenne, enfin que moi par exemple si cela peut te consoler. Je pense que personne ne vit le passage à la retraite pareillement mais c'est toujours l'occasion d'un changement plus ou moins bien vécu, de plus dans notre société clivée entre autres par l'âge, ce n'est pas simple. Pourtant, ce n'est pas d'être à la retraite qui nous fait vieillir plus vite, même certainement moins vite que d'être toujours fatigué et de ne pas prendre soin de soi.
Pour ma part, j'ai quitté mon travail bien avant l'âge grâce à mes 3 enfants et à mon statut de fonctionnaire à un moment où je m'étais investie dans d'autres activités et devais choisir, je reconnais que c'était une chance.
Et puis, tu écriras encore plus sur ton blog, on y gagne!

Écrit par : Fanfan | 12/06/2017

Répondre à ce commentaire

Sophie, tu n'es pas " chiante", ce passage à la retraite est une étape importante, qui peut rendre triste malgré la liberté que l'on retrouve, on perd un statut, il est vrai, de salarié, mais on retrouve le temps d'être soi même, de voir le monde différemment, je t'embrasse et te souhaite de belles journées, de balades, d'écriture, de lecture et...de blog

Écrit par : Jos | 13/06/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire