Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2017

Un anniversaire sous le cerisier

AAA.jpgbbb.jpgcccc.jpgDDDD.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A cette époque un nouveau président avait été élu. Il s'appelait Emmanuel Macron. Il était content certainement. Tous les ministres aussi. Mais cela ne changeait rien pour l'ensemble du pays. Il faisait un temps d'été et c' était pourtant toujours le printemps. Les nouveaux députés n'étaient pas encore élus, Roland-Garros n'était pas fini, la fête des mères n'était pas passée, en Angleterre un attentat avait fait 22 morts, j'étais jeune encore si je regardais Maman de plus en plus affaiblie, avec qui on était aller lui commander un nouveau lave-linge chez Darty, mais c'était pour elle affreusement fatigant, j'étais bien vieille quand je regardais ma petite-cousine qui avait  presque 7 ans, qui avait perdu plein de dents.

Le vent balançait au-dessus de nous les branches de cerisier. Les cerises étaient encore vertes. Une mésange passait. Ma soeur avait fait sur les tables des bouquets avec les roses Pierre de Ronsard de son jardin. C'était son anniversaire. Je lui avais offert des boucles d'oreille que je trouvais très jolies, rococo. Mais les uns leur trouvaient un air égyptien, les autres un air africain. A cette époque nous étions loin de penser que la guerre était aussi prés.

Commentaires

Oh non, c'est trop pessimiste ! Je ne veux pas y croire...

Écrit par : sabine | 25/05/2017

C'est un coin de paradis, le jardin de ta sœur. Je te sens inquiète pour ta maman. Ce mois de mai est incroyable de beauté.

Écrit par : Julie | 25/05/2017

Eh oui, c'est toujours comme cela. L'avant 14 et l'avant 40 connurent cette ambiance là, ces parfums là. Et ceux qui la sentaient venir se faisaient traiter de pessimistes. Ce qui est frappant quand on est pris dedans, c'est le caractère irrémédiable de la chose, quoi qu'on fasse, quoiqu'on dise... Les hommes ne sont pas seuls sur terre, et ne sont pas ce qu'ils croient être dans leur immense fatuité...
Profitons bien de ces derniers temps de paix, et prions...

Écrit par : solko | 25/05/2017

Oh ! Oui quel joli coin de paradis ce jardin de ta soeur et toujours de belles décorations..

Écrit par : Jos | 26/05/2017

Les commentaires sont fermés.