Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2017

Les lettres

iris.jpgiris 2.jpgDans le métro, je pense souvent à plein de choses, ou plutôt plein de choses viennent à moi, et ce matin je ne sais pas pourquoi j'ai pensé aux nombreuses lettres que je recevais quand j'étais une petite fille, ces lettres qui me faisaient tellement plaisir, qui ont tellement compté pour moi, et qui venaient de trois femmes de la famille, mes deux grand-mères et une de mes tantes. Ma tante est encore de ce monde, elle a seize ans de plus que moi. Ma grand-mère paternelle et ma tante écrivaient sur des grandes pages 21 X 27, ma grand-mère maternelle sur des petites feuilles. Je ne sais plus de quoi elles me parlaient, je me demande bien ce qu'elles pouvaient écrire dans ces longues lettres qui étaient si importantes pour moi. J'étais dans une grande solitude quand j'étais petite, malgré mes deux parents aimants mais muets et mes deux soeurs. Je lisais des livres toute la journée. J'avais l'impression que personne ne me parlait. C'était une enfance isolée, intérieure, recroquevillée.

Commentaires

Tu crois qu'elles t'ont ainsi donné le goût de l'écriture ?

Écrit par : sabine | 27/04/2017

Répondre à ce commentaire

Peut-être ! Sans doute !Sûrement !

Écrit par : Sophie | 27/04/2017

Répondre à ce commentaire

Les lettres, c'était le passage obligé au nouvel an pour la famille de mon père, en Bretagne. Je dois bien avouer que je n'avais pas toujours grand chose à dire à mes oncles et tantes que je ne voyais pratiquement jamais. Je me souviens en particulier d'une phrase particulièrement idiote que j'avais écrite, et qui m'avait valu une gifle de ma mère. "Le temps est beau malgré la pluie....." Inutile de dire que la lettre en question avait été déchirée et recommencée......

Ensuite, pendant le service militaire de mon mari, j'ai écrit des tartines tous les soirs.....j'étais plus inspirée, c'est peu de le dire.

Écrit par : Julie | 27/04/2017

Répondre à ce commentaire

Mais j'adore complètement cette phrase: "Le temps est beau malgré la pluie" !!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Sophie | 29/04/2017

Ah ! Ces lettres qui nous rapprochent, un petit peu, de personnes éloignées...
J'ai vécu, tout comme Sophie, une enfance isolée, intérieure, malgré mes deux parents aimants également mais qui parlaient peu, ma mère davantage, elle me racontait ses souvenirs, ( pas assez ! Je m'en rends compte 36 ans après sa perte, il me manque plein de choses, et la seule personne qui avait gardé cette mémoire, cette personne vient de disparaître trop vite..Pour parler de lettres, j'en ai reçues et écrites beaucoup, conservées aucune... Hélas
Ma grande soeur écrivait à mes parents et à moi, elle est partie à Nantes à 18 ans et demi, fonctionnaire, moi j'en avais 6, ce fut un cataclysme dans ma petite tête... J'étais seule...Je lisais, je jouais à l'école avec mes élèves virtuelles, mes poupées aussi
Les lettres je les attendais avec hâte, j'écrivais aussi, comme je pouvais...Cela à duré toute mon enfance...Avec les livres que l'on m'offrait
Mon papa, très courageux, plus manuel m'aidait à mes devoirs de maths...
Donc, ces correspondances ont duré quelques années, Je crois que c'était dur pour elle ce départ, mais elle ne à s'est jamais plainte, une seule lettre m'a attristée, 2 ans après elle a perdu son 1er bébé, second cataclysme pour moi...Sans plainte d'elle..
Quand j'ai rencontré celui qui est devenu mon époux, j'écrivais tous les soirs, quand il partait en mer, mariée nous sommes partis à Cherbourg, là c'était entre ma mère et moi une correspondance soutenue, ma sœur un peu moins, revenue à Brest c'est à mon époux que j'écrivais tous les soirs et inversement..Et les larmes quand les lettres avaient du retard..
À Toulon, j'ai repris la correspondance avec ma mère et ma soeur, et...Belle maman ! Ma famille C'était cela
Puis retour à Brest, mon époux au large sur les îles, j'écrivais encore et lui aussi
Puis il est rentré, le téléphone est entré dans les moeurs et les lettres on été finies
Mais de ces lettres, je n'ai gardé que les cartes et lettres de mon époux, les miennes je les ai déchirées moi même...Les autres mon père avait dû faire le vide ..
Ma fille à Rennes, mon fils à la Flèche, correspondance assez suivie aussi
J'avais aussi une correspondante anglaise pendant un ou deux ans..
Et toujours les lettres, de toutes sortes c'est moi
Et là je me suis mis un projet d'écrire ce que l'on m'a appris de souvenirs et les miens, sans fioritures, mais j'en ai besoin et il faut que je m'y mette assez vite..Ma famille est très réduite bien sûr...Excusez ma longueur...Je vous embrasse

Écrit par : jos | 27/04/2017

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup pour ce long commentaire, Jos.

Écrit par : Sophie | 29/04/2017

Ce texte montre que c'est bien parti! Bravo Jos pour ce projet. Bises.

Écrit par : Fanfan | 28/04/2017

Répondre à ce commentaire

Je te remercie Fanfan, profondément
Ce projet je l'ai commencé à plusieurs reprises, abandonné, ce que j'ai écrit est resté sur Word, il faut que je m'y attelle, j'ai du temps à moi mais le temps n'est pas pas éternel ! Je t'embrasse ainsi que vous tous Jos

Écrit par : jos | 28/04/2017

Bravo Jos, c'est un beau projet.

Écrit par : Julie | 28/04/2017

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup Julie, je vous tiendrai au courant...

Écrit par : jos | 28/04/2017

Je dis comme Fanfan et Julie: bravo ! Et vas-y !

Écrit par : Sophie | 29/04/2017

Répondre à ce commentaire

Et bien ! Merci à toutes de vos encouragements...Je commence à ressentir les effets du manque...Cela passera.
Sincères bises Jos

Écrit par : jos | 30/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire