Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2016

George, Charles, et Gustave

flaubert.jpgD'elle, Baudelaire disait aimablement, dans "Mon coeur mis à nu": " C'est une de ces vieilles ingénues qui ne veulent jamais quitter les planches". Pourtant cette "grosse bête" (il disait ça aussi) devient très amie avec Flaubert, qui n'était pas spécialement une andouille. En fait, leur amitié date de la parution de "Salambô" en 1862. L'histoire se passe à Carthage au IIIème siècle avant Jésus-Christ. La première phrase, très connue, est magnifique -"C'était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar"-, et les autres phrases, je ne vais pas faire semblant, je ne les ai pas lues, j'avoue: je n'ai jamais lu Salambô, mais je vais le faire cette semaine, si, si, je vous jure, et bref, si le livre est un succès, par contre les critiques ne sont pas très enthousiastes, - Sainte-Beuve entre autres fait son chonchon- ce qui fâche George Sand: elle écrit à Flaubert tout le bien qu'elle pense, elle, de son livre. (Elle l'a lu, elle? Non je rigole). La lettre parait dans le quotidien La Presse. (On peut lire tous les numéros sur le site de Gallica, c'est vertigineux !)

Il lui répond, il a 41 ans, elle 58, il a déjà écrit "Madame Bovary",et ils commencent alors tous les deux une correspondance avant même de se rencontrer. Voilà une de ses lettres, elle est magnifique:

"Pauvre cher ami,

Je t’aime d’autant plus que tu deviens plus malheureux. Comme tu te tourmentes et comme tu t’affectes de la vie ! Car tout ce dont tu te plains, c’est la vie, elle n’a jamais été meilleure pour personne et dans aucun temps. On la sent plus ou moins, on la comprend plus ou moins, on en souffre donc plus ou moins, et plus on est en avant de l’époque où l’on vit, plus on souffre. Nous passons comme des ombres sur un fond de nuages que le soleil perce à peine et rarement, et nous crions sans cesse après ce soleil qui n’en peut mais. C’est à nous de déblayer nos nuages.

Tu aimes trop la littérature, elle te tuera et tu ne tueras pas la bêtise humaine. Pauvre chère bêtise, que je ne hais pas, moi, et que je regarde avec des yeux maternels, car c’est une enfance, et toute enfance est sacrée. Quelle haine tu lui as vouée, quelle guerre tu lui fais ! Tu as trop de savoir et d’intelligence, mon Cruchard, tu oublies qu’il y a quelque chose au-dessus de l’art, à savoir la sagesse, dont l’art à son apogée, n’est jamais que l’expression. La sagesse comprend tout, le beau, le vrai, le bien, l’enthousiasme par conséquent. Elle nous apprend à voir hors de nous quelque chose de plus élevé que ce qui est en nous, et à nous de l’assimiler peu à peu par la contemplation et l’admiration.

Mais je ne réussirais pas à te changer, je ne réussirais même pas à te faire comprendre comment j’envisage et saisis le bonheur, c’est-à-dire l’acceptation de la vie, quelle qu’elle soit ! Il y a une personne qui pourrait te modifier et te sauver, c’est le père Hugo, car il a un côté par lequel il est grand philosophe, tout en étant le grand artiste qu’il te faut et que je ne suis pas. Il faut le voir souvent. Je crois qu’il te calmera : moi, je n’ai plus assez d’orage en moi pour que tu me comprennes. Lui je crois qu’il a gardé son foudre et qu’il a tout de même acquis la douceur et la mansuétude de la vieillesse.

Vois-le, vois-le souvent et conte lui tes peines, qui sont grosses, je le vois bien, et qui tournent trop au spleen. Tu penses trop aux morts, tu les crois trop arrivés au repos. Ils n’en ont point. Il sont comme nous, ils cherchent. Ils travaillent à chercher.

Tout mon monde va bien et t’embrasse. Moi, je ne guéris pas, mais j’espère, guerre ou non, marcher encore pour élever mes petites-filles, et pour t’aimer, tant qu’il me restera un souffle."

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et pour ceux qui voudraient, voilà l'article, paru le 27 janvier 1863 dans La Presse:


En a-t-il la puissance ? Oui, je trouve ; je ne fais pas métier de juger, mais j'ai le droit de trouver, et je dis oui, cela est étrange et magnifique, c'est plein de ténèbres et d'éclats. Ce n'est dans le genre, et sous l'influence, de personne ; cela n'appartient à aucune école, quoi que vous en disiez. C'est marqué d'un cachet bien déterminé, et cela entre dans une manière qui est toute une personnalité d'une étonnante énergie. Je sens donc là une œuvre complètement originale, et là où elle me surprend et me choque, je ne me reconnais pas le droit de blâmer.

En effet, est-on bien autorisé à étourdir d'avertissements et de conseils un homme qui gravit une montagne inexplorée ? Toute œuvre originale est cette montagne-là. Elle n'a pas de chemin connu. L'audacieux qui s'y aventure cause un peu de stupeur aux timides, un peu de dépit aux habiles, un peu de colère aux ignorants. Ce sont ces derniers qui blâment le plus toutes les hardiesses. Qu'allait-il faire sur cette montagne ? Qui l'y obligeait ? Qu'en rapportera-t-il ? À quoi bon gravir les cimes quand il y a plus bas de la place pour tout le monde, et des chemins de plaine si carrossables ?

Mais quelques-uns pourtant, parmi ces ignorants, aiment ces sommets, et, quand ils n'y peuvent aller, ils aiment ceux qui en reviennent. Je suis de ceux-là, moi. Je n'ai pas gravi l'Himalaya, mais j'ai vu sa tête dans mes rêves, et, loin de blâmer ceux qui l'ont touchée, j'écouterais leurs récits jusqu'à demain matin.

L'Himalaya, ici, c'était quelque chose d'évanoui et de conjectural. Carthage au temps d'Hamilcar ; Carthage, dont on sait à peine l'emplacement aujourd'hui, il fallait la faire revivre jusqu'à la réalité du roman historique ! C'est donc une relation de ce voyage dans le passé qui m'arrive, à moi tranquillement assise dans une petite serre chaude, et cela arrive sous le nom fantastique de Salammbô. Oui- da ! un nom carthaginois ! C'est loin, Carthage ; le passé encore plus. Je suis bien sûre de n'y jamais aller. Le sujet ne peut pas être bien gai, ni bien doux ! Certes, ce n'est pas Boucher qui aurait choisi pour sujet les scènes d'amour de ce temps-là, et l'intérieur de ces personnages ne doit rappeler en rien un tableau de Greuze. Il faut donc que j'oublie Greuze, Boucher et ma petite serre chaude, et que je m'attende à voir des mœurs barbares et des hommes atroces, puisque j'aperçois dans le lointain des dieux Kabyres. Je n'en sais pas bien long, mais je sais qu'il y aura des sacrifices humains, des tortures, des épouvantes, toutes choses qui, adoucies et enjolivées, ne seraient plus ce qu'elles ont dû être. Ce livre-là doit être terrible s'il est bien fait. Le lirai-je ? Je suis aussi libre de ne pas le lire que de n'aller pas à Carthage si je n'ai pas le courage d'y aller. C'est si discret, un livre ! C'est muet, cela dort dans un coin ; cela ne court point après vous. C'est autrement modeste que la musique, qu'il faut entendre, bonne ou mauvaise, et même que le tableau, qui flambe ou qui grimace sur la muraille. - Vous voulez absolument le lire ? Donc, vous voulez aller à Carthage... Eh bien ! vous y voilà. Vous ne vous y plaisez guère ? Je le comprends. Vous avez peur, dégoût, vertige, indignation ? Donc, le voyage a été fait. Le narrateur n'a pas menti, et si les cheveux vous dressent à la tête, c'est qu'il est à la hauteur de son sujet, c'est qu'il est de force à vous dépeindre vigoureusement ce qu'il a vu.

Mais vous avez le cœur sucré, comme disent nos paysans d'ici. Il vous fallait du bonbon et on vous a donné du piment. Vous pouviez rester à votre ordinaire : que diable alliez-vous faire à Carthage ?

J'ai voulu y aller, moi, je ne me plains de rien. Je me suis embarquée de ma petite serre chaude dans le cerveau de l'auteur. C'est aussi facile que d'aller dans la lune avec le ballon de la fantaisie ; mais, en raison de cette grande facilité et de cette certitude d'arriver en un clin d'œil, je ne me suis pas mise en route sans faire mes réflexions et sans me préparer à de grands étonnements, à de grandes émotions peut-être. J'en ai eu pour mon argent, comme on dit, et maintenant, je pense comme tous ceux qui descendent les hautes cimes : je me dis que je ne voudrais pas retourner y finir mes jours, mais que je suis fort aise d'y avoir été.

C'était monstrueux, cette Babylone africaine, ce monde punique, atroce, ce grand Hamilcar, un scélérat, ce culte, ces temples, ces batailles, ces supplices, ces vengeances, ces festins, ces trahisons ; tout cela, poésie de cannibales, quelque chose comme l'enfer du Dante.

À propos, mon cher ami, vous avez fait ce voyage-là ? Qu'est-ce que vous en dites, de l'enfer du Dante ? Il paraît que la chose a quelque valeur et n'a pas manqué d'un certain succès dans son temps, puisque cela dure encore ? Le sujet n'est pas joli, cependant, et le poète ne sacrifiait point aux Grâces. Dites-moi que c'est un paltoquet et n'en parlons plus. Je vous pardonnerai de proscrire Salammbô.

Moi, je ne sais pas si l'on ne peut pas comparer. La forme de Flaubert est aussi belle, aussi frappante, aussi concise, aussi grandiose dans sa prose française que n'importe quels beaux vers connus en quelque langue que ce soit. Son imagination est aussi féconde, sa peinture est aussi terrible que celle du Dante. Sa colère intérieure est aussi froide de parti pris. Il n'épargne pas davantage les délicatesses du spectateur, parce qu'il ne veut point farder l'horreur de sa vision. Il est formidable comme l'abîme.

Mais vous me dites : Ce n'est point là l'histoire telle que je la connaissais. Ce monde atroce n'a jamais existé. Cette couleur est forcée. L'homme n'a pas été si puissant pour le mal.

Hélas ! quant au dernier point, je crois que vous vous trompez bien, et qu'il est dans la fatalité de tous les cultes d'engendrer les forfaits. Sans remonter jusqu'aux dieux Kabyres, la douce loi du Christ n'a-t-elle pas enfanté l'Inquisition et la Saint-Barthélemy ?

Quant à la couleur locale, il est d'usage de la recomposer à l'aide de la science, et permis de la compléter par les forces de la logique d'induction. C'est avec des fragments incomplets que la paléontologie a reconstruit des mondes plus anciens que le monde punique. Ceci exige de grandes études que tout le monde n'est pas en état de vérifier, et ni vous ni moi ne pouvons nous permettre de dire que l'auteur de Salammbô a forcé ou atténué sa peinture. Il nous faudrait peut-être, à nous comme à lui, une dizaine d'années consacrées à en étudier l'objet et les moyens.

D'ailleurs, cette vérification n'a rien à faire avec la question d'art. Est-ce de la belle et bonne peinture ? Voilà ce dont il s'agit et ce que tout le monde est appelé à juger. Je ne crois pas que l'on puisse nier la beauté de la couleur et du dessin. Faut-il vous rappeler qu'on peut, comme les maîtres espagnols, faire de la peinture admirable avec des sujets atroces ?

Elle est un peu chatoyante, cette peinture, j'en conviens. Toute chose a son défaut, si réussie qu'elle soit. Il y a peut-être trop de lumière répartie avec une égale richesse sur tous les détails. La composition trop brillante devient confuse par moments. L'œil se fatigue, et l'effet général s'obscurcit tout à coup, comme ces paysages africains dont Fromentin a exprimé, en peu de mots et d'une manière saisissante, l'intensité de rayonnement produisant la sensation du noir. C'est que, de même que Fromentin se sentit un jour complètement aveugle, Flaubert, regardant son sujet par l'œil de l'imagination, s'est ébloui pour avoir trop vu. Je ne hais pas ces défauts qui sont l'abus d'une force. Défauts, oui, mais excès d'une grande faculté comme tous les défauts des maîtres : défaut du Dante particulièrement.

Quant à l'histoire, vous dites avec raison que le roman doit en conserver l'esprit. Eh bien, l'histoire fait planer sur l'obscurité, sur l'insuffisance de ses détails à l'endroit de ce monde évanoui, deux mots terribles : Culte des dieux Kabyres. - Notoriété proverbiale de la foi punique, synonyme de trahison. En voilà bien assez, selon moi, pour autoriser l'interprétation des choses et des hommes développée dans Salammbô.

Nos souvenirs classiques nous ont laissé dans l'esprit comme une œuvre de titans, et nous avons vécu d'une notion de force extraordinaire, sans nous demander apparemment à quel prix ces forces d'expansion, de richesse, de commerce, de conquête et de domination étaient achetées dans l'Antiquité sur le sol de l'Afrique. L'auteur de Salammbô nous le rappelle, et nous en voilà tout froissés, tout éperdus, comme s'il l'avait inventé ! Si nous sommes partis avec lui pour Carthage, croyant aller à Vaugirard, vous m'avouerez que ce n'est pas sa faute.

On ne doit point se courroucer contre les emportements de la fantaisie, et pourtant, dans Salammbô, il en est un que je regrette. L'épisode est aussi magnifiquement raconté que tous les autres, mais il trahit trop la fantaisie, qui, jusque-là, profondément habile, s'était fait accepter comme une réalité victorieuse de toute invraisemblance ; je veux parler du Défilé de la Hache, où nous quittons la couleur de l'histoire pour entrer dans le conte oriental à pleines voiles. Nous avons accepté le siège de Carthage et la rapidité de ces travaux de géants intra et extra muros. Mais ici on nous met aux prises avec la nature, et la nature ne se prête point aux suppositions. Il n'y a pas de sites inaccessibles à quarante mille hommes qui ont tous des armes pour entailler la roche quelle qu'elle soit, des cordes probablement pour leurs chariots, ou tout au moins des animaux dont la peau peut faire des courroies, mille engins pour fabriquer des crampons, enfin les simples moyens que quelques pauvres savants, aidés de quelques hardis montagnards, ont employés de tout temps pour escalader les sommets les plus effrayants de la terre, pour descendre ou remonter des abîmes encore vierges de pas humains. Ces quarante mille mercenaires, restes de l'armée qui déployait naguère tant d'audace et de prodigieuse invention pour prendre Carthage, sont démoralisés ici pour les besoins de la cause, car ils le sont au-delà de tout raisonnement. Hamilcar, qui ne daigne pas les écraser d'en haut, qui les sait trop stupides pour se creuser des escaliers dans une paroi quelconque du précipice, devient lui-même complètement fantastique et légendaire. C'est bien dans la couleur du temps où l'on racontait qu'Annibal perçait les roches avec du vinaigre ; mais la géologie ne connaît plus ces roches qu'on ne pouvait entailler ou briser autrement. Il ne s'en fait plus.

La légende est permise, mais l'art du conteur avait été, jusqu'à cette page, de la déguiser admirablement. On pouvait véritablement croire que tout ceci était arrivé. On ne le croit plus dès qu'on est entré dans ce défilé fabuleux ; mais que de qualités grandioses rachètent cet écart poétique ! Quel style sobre et puissant à contenir l'exubérance de l'invention ! Quel savant et persistant procédé pour présenter des images saisissantes avec des mots tout simples, mais dont la netteté d'appropriation ne souffre pas le moindre essai de dérangement et de remplacement pour la critique ! Quels personnages, même les moins montrés, ce procédé magistral vous incruste dans la pensée, éclairés d'un jour ineffaçable ! C'est comme un défi jeté à tous les procédés connus et à toutes les impuissances du langage, car il se sert rarement de la comparaison. Il la dédaigne ; il n'a besoin que du fait même pour en faire jaillir l'impression complète. - Allons, allons, mon ami, cet auteur-là est un malin, comme disent les enfants de Paris, et on le verra à l'œuvre, quoi qu'il fasse !"

 


 

Commentaires

Quelle lettre...... J'adore la phrase :"tu ne tueras pas la bêtise humaine....", non, en effet, elle est toujours bien vivante.

Je suis toujours sidérée par la richesse de cette époque, quand Flaubert, Geroge Sand, Baudelaire étaient contemporains.....

Bonne journée. il fait moins chaud, c'est bien.

Écrit par : Julie | 29/08/2016

Répondre à ce commentaire

Salammbô, une oeuvre que l'on a étudié rapidement en classe il y a longtemps...et dont il ne me reste pas grand chose... à lire de toute urgence...mais j'ai tellement d'urgence sur je ne sais plus choisir....

Écrit par : jos | 30/08/2016

Répondre à ce commentaire

Cette période si riche en romans très long,
La bêtise humaine non nous ne la tuerons point
Flaubert, rouennais, ses statues en ville, l'hôpital où son père était médecin, la petite maison de Croisset avec quelques souvenirs et archives, sa maison devenue musée..

Écrit par : jos | 30/08/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire