Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2016

Ah , la singularité de chacun...

IMG_20160731_114040.jpgComme ça pendant le déjeuner, à propos de quoi, je ne sais plus, un des frères du Professeur dit qu'il les aime, mais hélas, ne peut plus manger de cerises. Ça le brûle partout. Non, il ne peut pas. Malheureusement. Une sorte d'allergie, quoi. Enfin disons, d'intolérance. D'ailleurs personne à la table n'emploie ces deux mots (moches), c'est moi ici qui le dit. Bref. Bref on passe à autre chose. Mais tout d'un coup je me suis dit que c'était extraordinaire, que c'était une des plus belles choses de cette semaine. Car je n'avais jamais entendu parler d'une difficulté avec les cerises, et  c'est pourquoi j'ai pensé que c'est fou la singularité de chacun. Cette petite chose, ne pas supporter les.cerises, alors qu'on les aime, cette particularité, ces choses qui appartiennent à chacun et rendent chacun unique, si précieux. Je pourrais tomber amoureuse d'un homme qui a un problème avec les cerises, vous voyez ce que je veux dire ? La singularité de chacun, quelle merveille.

Commentaires

C'est vraiment triste de ne pas supporter les cerises, si la personne en a dans son jardin c'est même un vrai supplice..... Pour moi, ma bizarrerie, c'est une intolérance totale envers l'avocat. Si j'en mange j'ai les lèvres qui gonflent. Et des plaques qui sortent partout. Ce n'est pas trop grave, je n'en ai pas dans le jardin.

Écrit par : Julie | 01/08/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire