Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2016

Chez SFR

Villers_Young_Woman_Drawing.jpgNisa Villers (1774-1829)

Profitant que je sois en grève, je vais chez SFR. Dingue, il n'y a personne. Ouf. Vous savez que je déteste, que dis-je ? que je hais, aller chez SFR ? Je préfère mille fois accoucher. Donc j'entre. Personne. Sauf deux "vendeurs" et une "vendeuse". Qui ne soupirent pas quand ils me voient. C'est déjà ça. Je respire un grand coup. Parce que quand je dis que je hais, je hais aller chez SFR. Pour moi l'enfer ressemble à SFR. Dans la main j'ai mon téléphone chéri, qui déraille de partout mais bon, il marche quand même un peu, et je l'aime, mais je dois changer car en fait il expire. Je ne peux pas appeler un numéro si je ne l'ai pas préalablement enregistré. Il se bloque cinq minutes, parfois plus, chaque fois ou presque que je reçois un texto, il n'a plus de sonnerie, très souvent il s'arrête au bout de trois minutes de conversation, etc etc. Devançant la question fatidique je dis "Bonjour, je voudrais un nouveau téléphone, mon budget c'est zéro". Christopher sourie (son prénom est écrit sur sa chemise), la jeune femme aux longs cheveux bruns à côté de lui aussi. Mais gentiment, vous voyez ce que je veux dire. Pas pénibles. D'ailleurs tiens, c'est moi qui vais être pénible ! J'annonce clairement la couleur: "Je voudrais un smartphone et j'ai donc zéro budget". Il me semble que dans mon élan pour jouer la femme sûre d'elle, j'ai bégayé sur le mot "smartphone". Mais ils font mine de rien. Je n'ai aucune idée de ce qu'est réellement un smartphone. Une marque ? Une sorte de téléphone? Je sais juste que Louise m'a dit "Avec tous les points que tu dois avoir, tu peux sûrement avoir un super smartphone, tu pourras enfin avoir un téléphone bien". Et il faut un début à tout. Déjà que j'ai découvert il y a trois mois les vertus du parapluie. Je suis une fâme dans l'âme: parapluie et smartphone, le roi ne sera pas mon cousin. Bref Christopher dont je lis alors sous le prénom avec une légère inquiétude "en formation" - connait-il les téléphones? Si ça se trouve il ne les connait pas plus que moi? Il va me refourguer un truc pourri et il va falloir que je revienne le changer. Parce que s'il y a une chose que je déteste encore plus qu'aller dans une boutique de téléphonie, c'est bien de changer quelque chose dans un magasin. Du reste j'ai trouvé la solution, je ne le fais jamais. Mais là je vois le tableau: Christopher avec ses petites taches de rousseur (je pense qu'il a onze ans) va me vendre hyper cher un téléphone à propos duquel le Professeur Ronchon va s'exclamer "Mouais c'est pas vraiment l'idéal" et Louise "Maman tu vas rendre ça, c'est nul, tu vas rendre ça" et il va falloir que je me traîne un samedi (Martinez peut quand même pas appeler à la grève chaque fois que j'ai des courses à faire) dans un SFR bondé où il y a toujours des clients qui rient très fort en restant une heure avec le vendeur à lui raconter on ne sait quoi pendant que vous vous attendez lugubrement en réfléchissant à une façon pratique et indolore d'en finir tellement être là vous déprime, et là le vendeur dit que vous avez ouvert le téléphone qu'il ne peut pas vous l'échanger, qu'il faut en acheter un autre, et vous allez être obligée de cacher tous ces téléphones neufs payés à prix d'or à votre entourage, je sursaute: il (Christopher) me demande "blanc ou noir?" , je réponds blanc, puis il se tourne vers le mur de téléphones tous pareils et en pointe un du doigt ravi "celui-là, dans votre budget". Moi ahurie " euh oui, mais c'est quoi? " "Androïd"   répond-il. Androïd ! "Mais  vous me parlez en chinois là !". Il a un sourire doux: "C'est coréen". "Pardon?" (enfin non, ça c'est une licence poétique, dans la vraie vie je ne dis jamais pardon, mais plus platement :quoi? comment?) La jeune femme à côté de lui qui sourie moins (elle n'est plus en formation): " Huawei" c'est coréen, c'est la marque de l'appareil, comme le vôtre c'était Samsung". C'était ? non mais oh il est pas mort. J'aime pas qu'on parle de mon téléphone chéri à l'imparfait. Je ressens un genre de malaise. J'ai envie de partir, de fuir à toutes jambes. Bon, courage. Accrochons-nous. Je dis bêtement "Et il est bien?" " C'est un milieu de gamme" me répond elle. Ah j'adore cette réponse. Très habile ! Et niveau budget les amis ça va chercher dans les combien ? "Un euro" répondent-ils en choeur. Moi je suis à l'ancienne: 1 euro pour moi c'est louche. Je trouve que ça fait foirfouille. Mais bon me souvenant que je paie un abonnement et m'y re-engagerai pour deux ans et que le temps passe, faut qu'on en finisse, je suis en grève moi, je dis "ok !" d'un ton joyeux, tout ça est parfait, Christopher sort du comptoir "je vais vous le chercher". La brune me fait signer des papiers, prend ma pièce d'identité, encaisse mon euro, on discute de ses enfants, va savoir pourquoi on en est arrivées là, et même de la CGT, et de ses études qu'elle veut reprendre et je l'encourage à mort, je lui demande son prénom, Nadine, et lui dis qu'elle a mille fois raison, qu'elle doit tenir bon, tandis que Christopher fum peut-être une petite clope dans les réserves, il ne revient pas, ah le voilà..." Je l'ai pas" dit-il. Putain ! Voilà ça y est, voilà l'embrouille, c'était trop simple. Bon eh bien c'est pas grave hein. On va recommencer. Je dis finement " Bon, toujours le même budget". Je sens Christopher un peu perdu. Il se tourne vers Nadine. Je dis " c'est votre tutrice?" Lui: "C'est ma marraine". Nadine propose à CHristopher: "Alors le splitchouille?". Christopher se tourne vers moi: "Alors le splitchouille?" Moi " mais c'est quoi?" Nadine " C'est le petit frère de l'autre" (elle a compris qu'il faut s'adresser à moi avec un langage simple, familial, pas dire des termes techniques ou de geek). Et Christopher qui jusqu'ici a été parfait ajoute "Mais il est à 25 euros". Je sens un soupçon de joie dans sa dénonciation d'une absurdité. Petit frère, mais plus cher ! Ah là Christopher c'est une erreur. Limite une faute professionnelle. Et un peu insolent pour Marraine. Mais moi je suis au-dessus de tout ça, n'est ce pas. Etant au bord de l'apoplexie car ça doit faire quand même une demi-heure que je suis là, voire plus, car je vous ai fait grâce de l'irruption de la cliente anglaise dont s'occupe normalement le 3 ème vendeur, mais le 3ème vendeur ne comprend pas l'anglais -ni l'anglaise- et donc qui est appellé à la rescousse ? Christopher qui se débrouille en anglais - je demande à Nadine: "il est anglais?". Elle rigole "Non pas du tout, écoutez" et en effet il parle comme moi; donc comme un élève de quatrième en quelque sorte - et voulant ensuite en finir, de peur que je sais pas moi, une brésilienne se pointe et que justement Christopher le gentil fayot baragouine trois mots de brésiliens ou pire un client allemand - ça je vous préviens, je ne les supporterai pas, les amis- je dis à nouveau "Parfait parfait" (La fille qui multiplie vite son budget par 25). Bon et alors ? Et alors oui, je le prends. J'ai trop hâte de sortir de ce cauchemar ! Je refuse fermement toutes les propositions d'assurances, "protections", etc, de Christopher qui essaie de me vendre le mix-produit d'un air convaincu, -pendant qu'il était dans les coulisses Nadine m'a dit qu'il avait commencé il y a une semaine.Et voilà, ouf, c'est fini, c'est fait.

Nous nous quittons en excellents termes. Ils me demandent : "Vous nous mettrez au moins 9 à l'enquête de satisfaction?" Moi: "10 ! 10 sur 10. Vous avez été adorables ! "  J'avance vers la sortie. Mais Christopher me rappelle "Ah on ne vous a pas expliqué comment il marche!" Moi, n'en pouvant plus "Pas grave, on m'expliquera à la maison, bye bye, merci beaucoup, bon courage tous les deux".

Je hais changer de téléphone. Je vous l'ai dit ?

PS: j'avoue: je ne dis non plus jamais "bye bye" dans la vraie vie.

 

Commentaires

Comme toi, je déteste aller en boutique SFR. Alors, j’achète sur internet... Et puis je hais aussi changer de téléphone !

Écrit par : sabine | 14/06/2016

Répondre à ce commentaire

Oui c'est l'horreur des temps modernes et en même temps la magie !

Écrit par : Sophie | 19/06/2016

Je croyais que le mien était naze. En fait, j'avais juste esquinté le petit bidule qui sert à le brancher en introduisant de force un embout qui n'était pas le bon. Faut être d'une rare bêtise. Finalement, un gentil monsieur qui tient une petite boutique de réparation me l'a refait pour vingt cinq euros. J'ai juste un abonnement mini mini qui coûte deux euros. Pour ce que j'en fait, c'est bien suffisant. Je ne vais jamais sur internet avec, je ne fais que téléphoner.

Écrit par : Julie | 15/06/2016

Répondre à ce commentaire

Super récit ! On y est !

Écrit par : fred | 15/06/2016

Répondre à ce commentaire

Merci Fred !

Écrit par : Sophie | 19/06/2016

Écrire un commentaire