Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2016

Les oies de Nanterre

quentinblake2.jpgQuentin Blake

6a00d8346410f069e20133f148a4e0970b-600wi.jpgVous savez que mes deux enfants sont à la fac à Nanterre ? Enfin, "sont"...quand ils y sont. Ah ah . Bref, j'ai découvert ce week-end qu'il y a dans l'enceinte de la fac, des oies, des moutons, des paons. Dingue, non ? Ils n'étaient pas là quand j'y étais. Faut dire que c'était il y a longtemps, j'ai dû aller 6 mois, pas plus, en droit à Nanterre à la rentrée...1972. Donc les enfants m'ont parlé de ces animaux. Seront-ils dans la rue après-demain avec les étudiants contre la réforme du code du travail? Les étudiants y seront-ils? Mes enfants oui en tous cas. Sirops de la rue. C'est en mangeant samedi soir un chili maison qu'ils ont parlé des moutons de Nanterre. Comme j'aime leur appétit !

A propos d'appétit - je sais je ne parle que de bouffe- dimanche midi nous avons déjeuné dans un restaurant grec exquis, très simple et très bon, qui se trouve juste en face de l'église où Brigitte Bardot s'est mariée avec Jacques Charrier, à Louveciennes. C'est à deux pas de la maison. Une longue table avait été réservée par une famille pour 16 personnes, pour fêter la fête des grand-mères. Ladite grand-mère, cheveux blancs bouclés, recevait plusieurs cadeaux: une lampe, un bouquet, un poisson rouge ! Nous, nous étions tous les trois à côté, Tanguy, Maman, et moi. Il y avait aussi un homme seul, en cravate, genre 45 ans, qui déjeunait seul, qui avait l'air triste en regardant la grande famille avec des petits enfants qui chahutaient. Je lui aurais bien proposé de nous rejoindre, il avait l'air si triste, droit avec sa cravate. "Arrête, tu projettes" a dit Tanguy qui parfois parle très mal français, oui, oui ! La grande famille avait réservé sa table le long de la baie vitrée, là où derrière, dans le jardin à moitié abandonné, passait et repassait, un chat noir et blanc, comme un personnage de théâtre.

En dessert j'ai mangé un malebi. Je ne savais pas du tout ce que c'était. Oh c'est un délice des dieux, une sorte de sein blanc un peu gélatineux et un peu tremblotant, saupoudré de cannelle et arrosé d'eau de rose, merveilleusement sucré, coup de foudre ! Il parait que c'est fait avec de la poudre de maïs. Je ne comprends pas, mes soeurs qui ont chacune une maison en Grèce m'ont toujours dit que les desserts étaient "sans intérêt" là-bas. Ben dis donc, tu parles d'un sans intérêt !

Sur notre table il y avait des petites jonquilles que Tanguy venait d'acheter sur le parvis de l'église à la sortie de la messe. Nous avons demandé au gars du restaurant un verre avec de l'eau pour qu'elles ne fanent pas. Il nous a apporté un pichet en grès, c'était très joli.

Après ça, on a pris le café à la maison.

Commentaires

La réflexion de Tanguy sur votre voisin de table m'a bien fait rire ! Sinon, je me demande bien ce que font ces animaux dans la fac...?

Écrit par : sabine | 07/03/2016

J'adooore ta façon de raconter ce repas au restaurant. J'étais dans la salle avec vous, j'ai tout vu, le chat qui passe et repasse, la grande tablée, le monsieur seul..... et bien entendu, ta maman, Tanguy et toi.

Ils étaient magnifiques, BB et son Jacques..... la petite robe vichy que Brigitte portait avait fait scandale, on se scandalisait pour peu de choses, en ce temps là.

La ville de Louveciennes me fait rêver, il y a un tableau, je crois que c'est de Sisley qui s'intitule "la route de Louveciennes". Il a été pendant un temps accroché dans une salle de classe quand j'étais au collège. Pendant le cours de physique (la barbe) je le regardais et le prof qui s'en est aperçu l'avait retourné en me passant un savon.

Écrit par : Julie | 08/03/2016

c est un vrai roman vivant que tu nous a écrit pour la fête des grands mères, on vit ce déjeuner
Pour ma part,mes petites filles m ont appelée, mais hélas elles n ont. eu que le répondeur, ce ' est pas pareil !! nous ne sommes pas très souvent absents pourtant... j ai rappelé mais ce n est pas pareil, tant pis, l intention était gentille

Écrit par : jos | 10/03/2016

Les commentaires sont fermés.