Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2015

Louis Poirier (alias Julien Gracq) à Roscoff

Photo-0607.jpgRoscoff vers le 15 août cette année

 

"Ce qui ne paraît jamais dans les Amours jaunes de Corbière, que j'aime tant, c'est la douceur particulière à Roscoff; rarement l'heure rurale du dîner sur les plages évacuées, alors que le soleil brille encore assez haut dans le ciel, m'a paru aussi délicieuse, aussi intime pour le promeneur attardé, aussi tendre de couleur et de silence, entre le ciel qui jaunit au ras de l’horizon et la couleur déjà bleu ardoise de la mer.

gracq-roscoff-1967.jpg (70049 octets)

Et tendres aussi, au long de ses sentiers, l'herbe et les buissons de mer d'un vert éteint, pelucheux comme la coque de l'amande. J'y marchais le soir au long de l'étroit pré de mer décoloré, entre le vert bleu de la mer, cotonné de blanc à tous les beaux écueils de la côte, et la verdure frisée, ciselée, délicate comme l'acanthe, des champs d'artichauts.

Le soir était si calme, dans la fin de saison d'une station alors à peine fréquentée, que j'entendais chaque fois, où que je fusse, sonner l'angélus à la jolie et basse église où la Bretagne, un instant, s'italianise. Je longeais le figuier géant, les épaisses maisons de granit de la place, maisons de notaires, chagrines et cossues, sises entre jardin et mer, dont les vagues, par derrière, venaient battre à marée haute la porte de service.

Je ne passais jamais devant le modeste et attirant laboratoire de biologie marine sans songer avec jalousie que les naturalistes de l'Ecole Normale, où j'étais alors, avaient la possibilité de se faire détacher pour une année dans cette grotte bleue; il me semblait qu'affecté là, captif une fois pour toutes de cette mer à sirènes, j'aurais pour toujours planté ma tente entre aquarium et artichauts."

La Station Biologique de Roscoff

Commentaires

Julien Gracq a aussi très bien décrit la forêt ardennaise, dans son roman "Un balcon en forêt". Encore un point commun entre nous, un peu tiré par les cheveux, c'est certain.

Écrit par : Julie | 23/08/2015

Bon, en même temps il est très chiant, non?

Écrit par : Sophie | 23/08/2015

"Un balcon en forêt", ce n'est pas chiant du tout. J'ai beaucoup aimé.

Écrit par : Julie | 24/08/2015

De toute façon envers Gracq comme envers René Char, je suis d'une mauvaise foi effarante !

Écrit par : Sophie | 26/08/2015

Les commentaires sont fermés.