Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2015

L'histoire tragique de Polype, prince de Lutérusse, par lui-même

uzz.jpg

 

 

 

 

 

 

Je vivais tranquillement en mon royaume, Lutérusse. Mon père, Lekol (de Lutérusse) régnait avec ma mère Ô (ont vous connaissez sûrement l'histoire), et ma tante Vère habitait aussi le château. Une famille heureuse, un papa une maman. J'apprenais le grec, le latin, l'escrime, et les bonnes manières. Une éducation parfaite. Dans mon royaume capitonné je grandissais, heureux, même si parfois mes songes étaient obscurcis de cauchemars. Ma tante Vère en était je crois la cause. Elle aimait à me raconter qu'autrefois, jadis, il y a bien longtemps, deux monstres avaient envahi notre royaume, d'abord un garçon que mon père réussit à chasser au bout de huit mois Vlad l'empaleur, puis 5 ans plus tard,  une fille qui s'incrusta neuf longs mois chez nous, une horreur, deux horreurs. Ma tante avait beau me rassurer en me disant que ça n'arriverait plus, que c'était désormais impossible, je n'étais pas complétement tranquille. La preuve j'étais un peu dislexique. Néanmoins je grandissais et je grossissais en silence.

Un soir ma vie bascula. Notre royaume fut échographié, et je fus démasqué. Big brother is watching you. On parla soudain de moi.  Je reçus ensuite la visite d' une sorcière, une certaine Hystérosse Kopi, qui portait bien son nom, avec une caméra, plus folle que Maïwen, si, si, ça existe.Je fus mesuré. Deux centimètres. Et jugé nuisible, sans que je puisse me défendre, appeler à l'aide la Halde, 50 millions de consommateurs ou le Prince de Monaco mon ami.  Ah on les voit les socialistes au pouvoir. C'est pas joli joli.

Et puis avant-hier je fus expulsé comme le dernier des sans-papiers. Recueilli dans un bocal j'attends parait-il d'être analysé. Analysé! Pff. ll n'est pas né celui qui m'allongera sur un divan. Des charlatans. Alors j'écris. Je vais ouvrir un blog je crois. J'ai le nom. "Polype qui passe". Le dites pas à papa et maman. Je veux pas qu'ils tombent dessus. Merci.

Commentaires

Ah ah, bien fait pour Polype ! Non mais, il croyait qu'il allait rester toujours chez papa maman ce gros lard ! Maintenant on attend le résultat de l'analyse. Voir si c'est un bon gars, en fait...

Écrit par : sabine | 29/05/2015

Sophie, tu m'épates.

Ta modestie proverbiale dut-elle en souffrir, personne n'a autant d'humour que toi. Ne te reste plus qu'à écrire les aventure de Paul Hipe.

Écrit par : Julie | 30/05/2015

j'ai adoré ton humour pour nous conter l'histoire de Polype....et ton sang froid...ou. chaud....
bon courage duchesse Sophie
bon dimanche à toi,ton pirate...petite duchesse et ta famille
bisous. jos

Écrit par : jos | 30/05/2015

pardon...Grande Duchesse....

Écrit par : jos | 30/05/2015

C('est trop bien dit, Sophie ! on a du mal à vous croire ...enfin ! il est parti ce curieux numéro...mais que va-t-il faire dans son bocal ? Bien se conserver dans du bon alcool et attirer les foules... ? Pardon je ris toute seule et je deviens un peu dingue en pensant à un avenir terrestre... Sacré Polype !

Écrit par : meregrand | 01/10/2015

J'avais oublié que j'avais écrit ce billet !

Écrit par : Sophie | 03/10/2015

Pourtant, il était formidable, je l'ai relu, et j'ai re-ri.

Écrit par : Julie | 03/10/2015

Je viens de le relire et j'ai adoré le blog Polype qui passe !

Écrit par : Sophie | 05/10/2015

Les commentaires sont fermés.