Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2014

Inespéré soleil illuminant cet après-midi le sapin comme un hello coucou de Dieu

Photo-0435.jpgMes proches - chic, cette expression "mes proches", que je me me verrais pas employer autrement qu'à l'écrit !- se moquent gentiment -admirez la précision- de moi quand je dis que Dieu est, justement, avec moi. Je n'en ai bien sûr aucune preuve mais j'en ai la certitude. Il est avec moi, et je vais vous dire: heureusement. Soyons claire: je ne dis pas qu'il est avec moi seule. Oh non. Je dis qu'il est avec tout le monde, avec chacun, et que j'ai la chance de sentir sa présence.

Par exemple là, je viens de manger un paquet entier de 21 after eight, eh bien Dieu est avec moi. Loin de me dire "Arrête" ou "T'empiffre pas comme ça" (Dieu ne fait pas la morale, heureusement. J'allais dire: Dieu soit loué!), il m'a regardée manger toute la boîte avec tranquillité. "Vas-y, prends des forces, tu sais pas qui te mangera" m'a-t-il dit. Dieu sait tout: Dieu sait qu'on ne commence pas un régime le dimanche soir. Dieu sait que j'ai besoin de reprendre des forces. Dieu sait qui me mangera. Il connait même l'heure de ma mort. Parfois je lui demande.

Je lui dis "C'est peut-être pas la peine que je me fasse du mourron pour ma retraite, si ça se trouve je vais mourir dans quatre mois, vraiment ça serait trop bête de m'inquièter pour rien, dis le moi" ou "Si je dois mourir à cent ans préviens-moi, il faut que je prenne mes dispositions", mais il ne répond pas, car dit-il, pas plus qu'aucun humain, je ne supporterais de savoir, que ce soit dans un sens ou dans l'autre. Aussi il ajoute:"Tu ferais mieux de finir les after eight parce qu'en laisser trois ou quatre dans la boîte c'est minable, autant tout finir."

Je vous entends. Vous vous demandez si je ne confonds pas. Si ce n'est pas plutôt la voix du diable que j'entends. La voix qui me pousse à la gourmandise.

Mais Dieu rigole. Il me dit tendrement "Tu sais bien que ce n'est pas une question de gourmandise. Ne fais pas semblant de croire que tu pèches là où ce n'est pas le cas. Regarde ailleurs. Quand ta boite d'after eight sera vide, la nuit tombera, je ne ferai plus briller le soleil dans le sapin, alors simplement tu prieras".

Voilà, c'est ce que j'aime avec Dieu, il ne me charge d'aucun fardeau.

Commentaires

Là, je reste pantoise. Tu as de belles relations avec Dieu. C'est bien, penses tu à lui dans le métro bondé ?

Écrit par : Julie | 29/12/2014

Oui quasiment tout le temps ! je pense qu'il est dans chacune des personnes qui m'écrasent les pieds. (Personnes qui ne ressemblent pas à Sami Frey, ça va sans dire)

Écrit par : Sophie | 29/12/2014

Dieu à l'after-eight, le remède anti-crise de foi(e) !

Écrit par : sabine | 29/12/2014

Oh je n'y avais pas pensé ! c'est rigolo ça !

Écrit par : Sophie | 29/12/2014

Les commentaires sont fermés.