Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2014

Des vocations

00-Rouart-Massifs-de-fleurs.jpgMassif de fleurs, Henri Rouart

 

17 ans à la Fnac ? Tu as travaillé 17 ans à la Fnac ?

Je vous raconte.

Je n'ai jamais eu de vocation. A part fleuriste, hôtesse de l'air et carmélite. Mais bon, c'était des vocations avant treize ans. Disons qu'elles n'ont pas résisté à la puberté. Donc je suis allée au lycée poussée par aucune idée précise de métier. D'ailleurs je ne me voyais pas d'avenir, je pensais tout le temps que j'allais mourir la semaine prochaine. Je me sentais en sursis permanent. Je me suis même débrouillée pour tomber follement mais follement amoureuse d'un garçon qui était en seconde quand j'étais en terminale ce qui rendait impossible, convenez-en, que j'aie mon bac sinon je ne l'aurais plus vu. Etant donné que ma première année de terminale on ne se parlait pas. Donc j'ai eu 3 en philo. Je ne me souviens pas du sujet. Seulement que ce 3 et quelques notes sans doute du même genre, m'ont fait redoubler à ma joie extrême, comme je l'escomptais bien, vraiment, sincèrement. A la rentrée suivante il était en première et moi en terminale. Je n'étais pas pressée par quoi que ce soit. En plus mon année d'avance me déculpabilisait. Enfin l'année d'avance que j'avais. Et puis mes parents n'avaient fait aucun commentaire. J'ai retrouvé donc à la rentrée Philippe B. Il est devenu psychiatre. Bon enfin ce n'est pas le sujet. Tout ça pour dire que quand l'année d'après j'ai eu mon bac, après une année de cours de philo par correspondance parce que oui quand même mes parents avaient fait ça, ils ne l'avaient pas montré mais avaient dû être consternés par ce 3 brillant, et j'ai eu 15, et toujours aucun souvenir du sujet et re -d'ailleurs je n'ai jamais tellement aimé la philo dans la vie, je crois que je n'ai pas l'intelligence de la philo, on (on masculins bien sûr) m'a souvent dit avec des airs consternés "tu es hermétique aux raisonnements"- oui un peu avant d'avoir mon bac eh bien ça m'a pris d'un coup j'ai eu envie d'être journaliste. J'aimais bien écrire et j'étais curieuse et j'aimais les journaux. Je m 'étais donc inscrite au concours d'entrée de l'Ecole de journalisme de la rue du Louvre et il me semble que j'ai passé l'écrit avant celui du bac. Les épreuves ne m'avaient pas semblé difficiles. je m'étais plutôt amusée. Et j'ai été admise à passer l'oral en septembre, j'avais passé victorieusement la première sélection, j'aurais dû sauter de joie car nous n'étions pas des tonnes dans ce cas là, mais je ne m'en suis pas rendue compte, et mes parents toujours avares de commentaires négatifs comme positifs ne m'ont pas spécialement dit "allez c'est génial bosses dur cet été et c'est à portée de ta main, c'est extra". Mais ils n'étaient pas du genre à dire "c'est génial" ni à dire "bosse", ce n'était pas le style "encourageant" ni ni le style à exercer quelque pression que ce soit. Mes parents nous foutaient la paix. Ils considéraient qu'on était responsables de nous. On voit où ça m'a menée !!!

L'été s'est passé à la campagne en charente. Je savais que l'oral serait composé de passages devant le jury sur des questions d'actualité liées à l'été et qu'il y aurait des reportages à faire. J'ai donc lu Le Monde chaque jour avec application d'un bout à l'autre, tout en demandant des éclaircissements à mes parents sur tel ou tel sujet ou en cherchant dans des livres, je me souviens que j'en avais bavé avec la guerre du Vietnam. (C'était l'été 1972, j'avais 18 ans). Mais enfin tout ça m'intéressait. Et je suis allée aux épreuves orales assez tranquillement.

J'avais oublié deux choses: 1/ Je n'avais rien révisé concernant l'actualité sportive. Je n'y avais même pas pensé. 2/ J'étais d'une timidité dévorante.

Fâcheux, fâcheux !

( à suivre bien sûr !)

 

Commentaires

Quel suspense ! Vite, la suite, please...

Écrit par : sabine | 21/12/2014

Merci Sabine !

Écrit par : Sophie | 23/12/2014

C'est vraiment passionnant, moi non plus, si telle possibilité m'avait été offerte (on en était loin) je n'aurais pas bossé le sport. Le sport, ça n'a aucun intérêt, je trouve.

On attend la suite.

Écrit par : Julie | 22/12/2014

Les commentaires sont fermés.