Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2014

Haro sur le baudet

tuteur-caracas-c5ed6514-354b-4b52-a934-98d65c03c756.jpegFrançois Hollande a été élu depuis deux ans en déclarant qu'il serait un président normal. Tout le monde de rigoler. Normal ? N'importe quoi. Et puis peu à peu force a été de constater que tout s'est apaisé. Jean-Marc Ayrault, l'homme sans convoitise autre que celle de servir l'Etat, était respecté par ses ministres dont le nombre au fil des mois avait diminué jusqu'à ne plus composer qu'une équipe très ressérée: Le Drian et Fabius. Les autres avaient démissionné. Montebourg jouait maintenant au cinéma. On avait oublié qu'il avait un jour fait de la politique. Valls avait épousé, le coeur battant, en troisième noces Laetizia d'Espagne, l'ex-femme du futur roi et ne quittait plus la Catalogne. Marisol Touraine s'occupait de son père très âgé. Michel Sapin s'était retiré dans sa maison de l'île d'Yeu et n'en éprouvait aucun regret. Nous non plus.

L'écart des salaires avait été resserré dans les entreprises. Les PDG du Cac 40 priés de diminuer leurs rémunérations avaient grogné puis s'étaient pliés à cette mesure qu'il serait impossible si la droite reprenait le pouvoir, de supprimer. Le dépassement d'honoraires des médecins avait été également interdit. Mais le Smic avait été augmenté, ce qui avait contrairement aux prédictions inverses, relancé fortement la consommation,et personne ne s'en plaignait. Supprimer dans ces conditions la 5eme semaine de congés payés n'avait pas été un problème.  Les stages étaient tous payés. Le chomâge était encore important mais 7, 5% au lieu de 10 c'était inespéré.

Il restait évidemment beaucoup à faire. La vente des grands crus de l'Elysée et de la moitié du patrimoine immobilier de l'Etat ne pouvaient constituer que des symboles.

Mais d'une façon générale, la chasse au superflu et au gaspillage avait été ouverte et des économies considérables déjà réalisées.

Bien sûr le cumul des mandats n'existait plus et le parlement en était très renouvelé. La RATP se consacrait à la France et la SNCF avait remis en place un tarif unique au kilomètre.

C'était déjà beaucoup en deux ans.

 

Commentaires

On rêve, on rêve.......

Écrit par : Julie | 21/04/2014

Les commentaires sont fermés.